COVID : le retour de la peur comme mode de gouvernement