A l'ère de la désinformation

A l’ère de la désinformation

Vu le temps qu’ils passent à discourir de manière apodictique de l’Ukraine, les consultants des chaînes d’information continue seraient inspirés de prendre le temps de lire les dépêches de l’agence de presse russe Sputnik. Ils y apprendraient deux choses.

La première est que l’invasion russe serait « une opération militaire spéciale destinée à démilitariser l’Ukraine« . Toutes les diplomaties occidentales étaient informées de longue date des intentions de Poutine. Et le Président de la République française ne semble pas avoir fait grand chose pour éviter cette guerre. Une petite voix intérieure me dit que cette situation a été voulue par les Américains pour renforcer leur tutelle sur l’Europe. Les Allemands vont dépenser 100 milliards d’euros se réarmer, là où la France n’en consacre que 41 milliards. Compte tenu de la culture démocratique allemande, cette perspective est loin de m’enthousiasmer. La 2e est que Zelensky a bel et bien accepté de discuter avec les Russes à la frontière du Bélarus par représentants interposés. Il est drôlatique d’entendre nos spécialistes de l’Être et du Néant parler d’un piège pour éliminer le très valeureux Président ukrainien.

La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, aurait décidé de couper la diffusion, en Europe, de Russia Today et de Sputnik, l’agence de presse russe. De quel droit ? En s’appuyant sur quelle directive, au juste ? Malgré l’instauration du passe vaccinal et de la vaccination obligatoire en Europe contraires à notre état de droit, il faudra – a minima – une validation ce cette décision par la représentation nationale des différents pays de l’Union Européenne.

Je suis très inquiet de l’escalade verbale et aussi des sanctions contre la Russie qui pourraient s’apparenter à un acte de guerre. Je suis surtout très inquiet que la France ait rejoint le commandement intégré de l’OTAN en 2009, alors que des pays européens menacent de livrer des avions de combat aux Ukrainiens. Poutine veut un règlement global concernant la démilitarisation de l’Ukraine, des pays baltes, de la Géorgie et du Bélarus dans lequel il parle de charrier des ogives nucléaires. Le Président Sarkozy le sait mieux que quiconque : seule la diplomatie peut stopper la guerre. Les médias français seraient avisés de faire de la pédagogie et à arrêter d’entonner les refrains de va-t’en-guerre impuissants et décérébrés qui s’affublent d’un drapeau ukrainien sur leur profil Facebook. L’Ukraine et les Ukrainiens méritent bien mieux que tout cela. Les Russes aussi.

 

1 reply on “ A l’ère de la désinformation ”
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.