Pour une candidature Montebourg en 2022

Pour une candidature Montebourg en 2022

Cher Arnaud, cher camarade,

 

Nous nous sommes rencontrés à deux reprises, en 2006-2007, à l’Assemblée nationale, alors que nous militions ensemble aux côtés de Ségolène Royal, au sein de Désirs d’avenir. Tu faisais partie du 2e cercle. Je n’étais qu’un simple petit militant. Alors membre du PS et secrétaire de section de Brionne, j’avais adhéré, dès 2006, à ton mouvement Rénover Maintenant. Lors des primaires citoyennes de 2011, j’avais voté Royal, puis Aubry. Et nous avons eu Hollande dont l’un des grands mérites est d’avoir enfanté le macronisme. Ce n’est peut-être pas la meilleure idée qu’il ait euece jour-là ! En 2017, j’étais partie pour de soutenir aux primaires. Quand j’ai vu le niveau de détestation de l’aile droite du PS à ton endroit et le faible soutien dont tu bénéficiais dans la population, j’ai préféré de ne pas militer en faveur de ta candidature. Et j’ai voté Macron pour nous éviter Fillon. Je ne regrette rien à ce choix.

La crise sanitaire que nous traversons donne désormais corps à tes analyses sur les institutions et la corruption, la nécessité d’un État stratège, l’Europe et la souveraineté. Tu as su évoluer positivement sur les questions environnementales, y compris sur le nucléaire. Ton expérience de ministre de l’économie, d’entrepreneur, ton propos extrêmement construit sur notre ancien allié te rendent crédible sur les questions économiques et géopolitiques. Il est l’heure, pour toi, de songer à te lancer pour la Présidentielle de 2022. Et j’ai compris que tu y songeais activement : le nom de domaine montebourg2022.fr a été déposé le 12 février 2020 !

J’aurais plusieurs conseils à te donner, si tu souhaites franchir le Rubicon. Et tu en feras ce que tu voudras.

Le 1er, c’est d’éviter les primaires, dont on a vu qu’elles étaient une machine à perdre. Les partis sont des astres morts.
Le 2e, c’est d’y aller sans étiquette. Pour beaucoup d’électeurs, la gauche et la droite, ça ne veut strictement plus rien dire.
Le 3e, c’est de constituer très rapidement un comité de sages, de scientifiques, de chercheurs et de penseurs autour de ta candidature. Je pense notamment à Régis Debray, Emmanuel Todd, Jean-Pierre Chevènement, Michel Onfray, Jean-Marc Jancovici, etc. Il y en a beaucoup d’autres !
Le 4e, c’est de développer ta campagne sur l’entreprise, la souveraineté, la transition écologique et énergétique, la laïcité. Tout le reste – ou presque – en découle.

Tu es le seul, aujourd’hui, à pouvoir faire le grand écart la synthèse à gauche entre les socio-libéraux d’un côté et LFI de l’autre. Tu es le seul à pouvoir accrocher le vote des électeurs de droite souverainistes au 2e tour, ayant envie de mettre un terme au macronisme. Même si tu as deux petites années pour le faire, tu auras sans doute plus de problème à convaincre les écolos. Ton positionnement sur le bio serait de nature à les faire changer d’avis, si tant est que tu évolues sur le nucléaire en poussant l’idée de la création d’une filière industrielle française dans le domaine des énergies renouvelables.

Pour faire simple, ton heure est venue. Reste à savoir si tu en as envie et si tu en as les moyens financiers. L’engagement dans un projet comme celui-ci requiert une énergie, une abnégation, un sacrifice, une mobilisation hors du commun.

Bien à toi,

 

Denis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *