Ce qui me gêne, c'est l'odeur

Ce qui me gêne, c’est l’odeur

Depuis mon COVID, mon système de rétro-olfaction a connu des changements importants et insoupçonnés. Je me suis mis à manger des pommes. Pas n’importe lesquelles. Des pommes acidulées, juteuses et parfumées. Je garde une détestation complète pour les variétés farineuses. Côté vins rouges, les goûts herbacés causés par les machines à vendanger me sont devenus totalement insupportables. Les chenins, les sauvignons et les pinots blancs m’apparaissent désormais abscons, sans intérêt. Mais je ne suis pas là pour vous parler de mes problèmes personnels.

Je continue de me réjouir à lire mes potes socio-libéraux s’esbaudir devant la renaissance du candidat communiste qui nous parle d’un retour des jours heureux. Ceux de l’ère Brejnev ou bien ceux de la nationalisation des banques rendues au secteur privé sous Mitterrand et sous Jospin ? Ça pue. J’ai beaucoup rigolé à voir Taubira bafouiller sur la question du logement. Il lui faudrait se mettre enfin à travailler. Et je suis hilare à voir Anne Hidalgo soutenue et parrainée par mes anciens camarades socialistes du département de l’Eure qui ne se fera même pas rembourser ses frais de campagne. RIP, le Parti Socialiste. Ça pue. Le mieux ne serait-il pas de débrancher nos deux bonnes femmes de gauche et appeler à voter Jadot ou Mélenchon ? Comme Ségolène, je pense que le mieux serait, en effet, de voter Mélenchon dès le 1er tour. Il est le seul à pouvoir arriver au 2e tour… pour finir par se prendre une belle branlée quel que soit le candidat en face de lui. Ça pue.

En fait, cette campagne des Présidentielles sent des pieds. Après avoir choisi Zemmour comme son adversaire de 2e tour dans un 1er temps, il semblerait que Macron se fiche aujourd’hui éperdument de savoir à qui il sera confronté. Ça pue. Il est sûr de l’emporter, quel que soit son adversaire. Ça pue. Tout le monde – ou presque – se fout de cette élection. Moi le 1er. Mon odorat a changé. Depuis cette crise sanitaire, je ne perçois plus la politique de la même façon. Elle pue.

1 reply on “ Ce qui me gêne, c’est l’odeur ”
  1. Mon analyse se rapproche de ce texte. C’est en effet à un véritable cataclysme politique auquel nous assistons. Le plus triste dans l’affaire est que, si nous nous referons aux sondages actuels, les Français sont favorables à un régime totalitaire : Le Pen + Pécressse+ Melenchon + Zemmour réunissent une large majorité.
    Aujourd’hui, les problèmes environnementaux ayant une telle importance, nous aurions du avoir un deuxième tour entre Macron et un candidat écologiste sérieux. Les solutions réellement écologistes représentent la seule alternative au monde de la finance et des lobbys; il est évident que nos écologistes en herbe n’ont pas su mener leur barque. Ils n’ont pas compris que l’idéologie écologiste repose principalement sur des données scientifiques. Se sont ils posés la question de savoir pourquoi la population les qualifiait de « non crédibles »? A force de conclure des alliances avec des groupes ayant des positions opposées aux leurs, ils se sont discrédités. Le peuple reproche aux écologistes de rester au niveau de l’idéologie (rêverie?) sans aucun pragmatisme, contrairement à d’autres pays. La population constate que nos écologistes ne font que remplacer un problème par un autre: vélos électriques aux batteries polluantes, pales des éoliennes non recyclables (dixit David Cormand), socles des éoliennes restant enterrés lorsqu’elles arrivent en fin de vie, extraction du lithium nuisant à la santé des ouvriers, véhicules automobiles polluants de par leurs batteries envoyées sans scrupule à des centaines de kilomètres de la France, conducteurs de ces véhicules déclarant vivre un « véritable calvaire » lorsqu’ils effectuent un long parcours, etc….
    Quant au candidat communiste, a t il vraiment rompu avec la dictature du prolétariat?
    Mélenchon, soit disant antinucléaire accepte sans sourcilier le communiste pronucléaire Sébastien Jumel.
    La notion de dictature du prolétariat alliée à la tristement célèbre phrase de Mélenchon : »la haine(…) juste et saine » me donne froid dans le dos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.