Ces agriculteurs qui nous bassinent !

Ces agriculteurs qui nous bassinent !

Je ne comprends pas bien ce qui amène le ministère de l’agriculture à financer les bassines à hauteur de 70% avec nos impôts. En prélevant une quantité d’eau importante l’hiver au niveau des nappes phréatiques par pompage, les agriculteurs privatisent l’eau qui, je le rappelle, est un bien public. Accessoirement, ils contribuent ainsi à assécher les cours d’eau dès le printemps, au moment où les précipitations sont moins importantes. Ces bassines n’ont d’ailleurs rien à voir avec des retenues dites collinaires qui captent les eaux de ruissellement.

Ce qui m’inquiète, c’est que toute cette eau prélevée, dont une grande partie finira par s’évaporer, a pour objet d’irriguer une agriculture intensive de plus en plus inadaptée au réchauffement climatique. In fine  elle ira rejoindre la nappe phréatique, chargée et pourrie de pesticides et de nitrates rendant notre eau potable de plus en plus impropre à la consommation.

Il n’y a donc pas d’écoterrorisme à manifester et à s’opposer par tous les moyens possibles à la mise en œuvre de ces bassines. Jamais les militants écologistes n’ont employé la terreur pour parvenir à leurs fins ! Par son clientélisme et son irresponsabilité, la terreur qualifiée à tort de violence légitime est bel et bien du côté de l’État.

A la vitesse à laquelle nous vidons les nappes phréatiques, nous finirons très rapidement par manquer d’eau potable. Ce sont bien nos usages qui sont en cause et l’agriculture doit s’orienter vers la culture de plantes moins consommatrices en eau. Nous ne pourrons pas continuer à terme de nous nourrir si nous ne mettons pas le holà à la production d’aliments pour le bétail très consommateurs en eau. 60% des terres cultivables servent aujourd’hui à nourrir les animaux – eux-mêmes très consommateurs d’eau – dont nous mangeons la viande. Hélas, entre l’eau et le barbecue, il va nous falloir choisir.

Pour aller plus loin…

Je vous conseille de prendre le temps d’écouter l’hydrologue Emma Haziza. Elle nous rappelle le dérèglement du cycle de l’eau et l’effet de serre produit par la vapeur d’eau liée à nos activités industrielles et notamment à la production d’électricité issue de nos centrales nucléaires.

1 replies on “ Ces agriculteurs qui nous bassinent ! ”
  1. Si les chiffres ont une signification : 1700 gendarmes et 4 hélicoptères pour protéger l’appropriation/ privation d’un bien public au profit d’une douzaine (un quarteron) d’exploitations agricoles intensives, travaux au demeurant subventionnés jusqu’à 70 % par la collectivité = c’est l’ illustration la plus pure d’un régime ubuesque. Loin de favoriser le ruissellement, la pompe à phynance siphonne l’argent public au profit exclusif de quelques uns.
    Sors de ce corps Georges Orwell !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *