Clap de fin chinois pour le germanium et le gallium

Clap de fin chinois pour le germanium et le gallium

La mondialisation et les avantages comparatifs à importer les matières premières et à faire fabriquer par les pays les plus pauvres les biens dont nous avons besoin a ses limites. Elles sont apparues pour la 1ère fois avec le 1er choc pétrolier en 1974. Dans un monde qui consomme et brûle ses ressources de plus en plus rares à une vitesse effrénée, les monarchies pétrolières et leurs alliés de circonstance ont intérêt à réduire la production de pétrole et à faire flamber les prix à la pompe dans les pays occidentaux. Si l’Etat ne réduit pas ses taxes, on nous annonce le prix du litre d’essence à 3 euros à court et moyen terme. Nos économies, nos sociétés ne le supporteront pas !

Dans un contexte de tensions internationales fortes du fait de la guerre en Ukraine et de rivalités sino-américaines, les communistes chinois ont décidé de couper le robinet en germanium et en gallium. Ces deux minerais éminemment stratégiques sont utilisés pour la fabrication de la fibre optique, l’infrarouge, le photovoltaïque, les semi-conducteurs et les LED. Nous avons oublié, sans doute, que nous construisions nos maisons naguère avec de la terre battue et du bois, du granit ou de la pierre. Nous avons oublié qu’en 1851, la France comptait 84% d’agriculteurs. Le charbon, le pétrole, l’électricité et la chimie, les micro-processeurs ont été la source des principaux « Kondratiev » qu’a pu connaître l’humanité depuis l’anthropocène. Nous avons épuisé tout notre charbon. Nous n’avons pas de pétrole. La chimie suppose d’avoir du gaz et nous n’avons pas. Quant aux processeurs, ils sont fabriqués sous brevets américains dans les pays asiatiques et exigent de grandes quantités d’eau douce de plus en plus rare.

3 replies on “ Clap de fin chinois pour le germanium et le gallium ”
  1. La Banque mondiale a déjà indiqué qu’il n’y aura pas assez de cuivre et d’aluminium pour réaliser la « transition énergétique » à l’échelle planétaire. Récemment, l’OCDE nous dit que cette transition est en péril notamment (mais pas que) à cause de restrictions à l’export, tel que vous le mentionnez ici. Enfin, GreenIT nous prévient que d’ici 30 ans, le numérique pourrait s’effondrer par manque de minerais qui sont nécessaires à son fonctionnement. La bonne nouvelle est que le technosolutionnisme et les smartphones rejoindrons enfin la poubelle de l’Histoire. La mauvaise nouvelle est que ca risque de ne pas se passer dans la bonne humeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *