Déchets : branlage de dindons dans les collectivités territoriales

Déchets : branlage de dindons dans les collectivités territoriales

Plus on parle, moins on en fait. Si le proverbe s’applique initialement à la vantardise de quelques hominidés, il concerne tout aussi bien le tri de nos déchets ménagers. N’y voyez là aucune relation de cause à effet.

L’Intercom Bernay Terres de Normandie dispose de deux salariés dont le coût global annuel représente aux alentours 60000 euros. Pour pas grand chose. La gestion des déchetteries et de la collecte est prise en charge par un syndicat intercommunal. Figurez-vous que la responsable du service n’était pas au courant des nouvelles consignes de tri données au 1er juin concernant notamment les cimetières, dans lesquels il y a lieu, comme ailleurs, de pratiquer le tri sélectif. Quand j’ai interrogé le vice-Président en charge de cette compétence il y a quelques semaines, j’ai vite compris qu’il n’en savait pas davantage. Aucun des cimetières de l’ancien canton de Brionne n’est doté de poubelle jaune !

Dans leur grande majorité, les salariés de nos collectivités, les institutrices se foutent complètement de faire le tri sélectif. J’ai dû placarder sur toutes les poubelles de l’école, du point de collecte de la salle d’activités et du cimetière des affiches rappelant la loi en matière de non respect de tri sélectif. Il y aurait de quoi s’amuser à voir les enseignants expliquer le tri sélectif à nos enfants, alors qu’ils sont infoutus de le pratiquer eux-mêmes. Dans un 1er temps, ces affiches ont été immédiatement arrachées au niveau des points de collecte par des abrutis patentés qui jettent dans la benne carton, pêle-mêle, les plastiques, les cartonnettes, les polystyrènes. J’ai persévéré ! Chaque semaine, le tri représente 1 h 30 de mon temps personnel. Heureusement, je n’ai pas encore eu à changer les couches-culottes de ces personnes fort indélicates. A moins que de guerre lasse, j’en vienne à saisir le procureur de la République pour faire un exemple !

Il y a de cela deux ans, nous avions eu une discussion à l’Interco sur la baisse de la TEOM (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères). Michel Auger, maire de Malleville-sur-le-Bec avait proposé très intelligemment de baisser cette taxe, du fait des excédents constatés liés à la qualité du tri sélectif opéré par les habitants. J’avais suivi. La proposition avait été rejetée. C’est dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *