Derrière le narratif anti-russe, les délires néo-cons de va-t-en-guerre criminels

Derrière le narratif anti-russe, les délires néocons de va-t’en-guerre criminels

Dans un article récent du New-York Times, nous avons appris deux choses intéressantes qui corroborent hélas les propos de Poutine et de sa clique sur l’instrumentalisation militaro-politique de l’Ukraine par les États-Unis :

  1. le financement par la CIA de 12 bases d’espionnage ;
  2. le réglage des cibles des lanceurs de missiles par des militaires français, anglais et américains à partir du sol ukrainien.

François Hollande et Angela Merkel avaient expliqué plus avant que les accords de Minsk avaient pour objet de gagner du temps en militarisant l’Ukraine. Si, depuis février 2022, il n’y a qu’un seul agresseur, comprenons qu’il y a clairement trois victimes des choix stratégiques américains : l’Ukraine, la Russie et l’Europe.

A la lueur des propos tenus dans les médias relayés par nos vieux, la Russie aurait comme visée d’envahir les pays baltes, la Pologne et même de rétablir les frontières de l’URSS. Nous nageons en plein délire : où est la menace russe ? Les étoiles de David israéliennes peinturlurées sur les murs de Paris seraient également un coup des Russes. A l’approche des JO, Gérard Darmanin nous parle d’attaques russes en déni de service et, même, de menaces informationnelles. Où sont les preuves ? Les enseignants des écoles maternelles et de primaires, des collèges et des lycées devront-ils bientôt parler de ces Russes mangeurs d’enfants sur instruction du ministère de la Grande Rééducation nationale ? Comme le disait Machiavel qui s’y connaissait drôlement bien en matière de nature humaine, « celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes« . Nos vieux gavés du narratif anti-russe de LCI et de BFMTV, dans une moindre mesure, ont peur ! Ces chaînes de désinformation n’ont même pas eu la décence de nous expliquer que la mort de Navalny était probablement d’origine naturelle, comme a pu l’affirmer un des responsables du renseignement ukrainien.

La Russie a deux buts de guerre. Ils ont été rappelés par le porte-parole de l’ambassade de Russie en France, Alexander Makogonov. Le premier, c’est la protection des populations russophones de l’Ukraine contre les velléités identitaires de Kiev, à l’origine de 14000 morts entre 2014 et 2022. Le second, c’est le désarmement de l’Ukraine, en l’empêchant de devenir la frontière de l’OTAN, mettant Moscou à portée de tir de missiles longue portée. Or, la doctrine militaire russe est sans équivoque  en matière d’emploi de l’arme nucléaire tactique :

« La Russie se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires en réponse à l’utilisation d’armes nucléaires et d’autres types d’armes de destruction massive contre elle ou ses alliés, ainsi qu’en cas d’agression contre la Russie avec l’utilisation d’armes conventionnelles lorsque l’existence même de l’État est menacé. »

Les velléités d’Emmanuel Macron d’envoyer des troupes au sol, dénoncées unanimement par tous les dirigeants européens – certes très hypocritement – et, en responsabilité, par les dirigeants politiques français, sont celles d’un post-ado testostéroné à l’excès, ivre de lui-même, qui aime à s’écouter et à se battre le poitrail. Nous ne sommes pas dans un concours de quéquettes. Et ce qui se passe en Ukraine est de nature très différente avec la guerre menée jadis par notre Président contre le COVID. Il faut retrouver très rapidement la voie du dialogue et de la diplomatie avec la Russie et s’opposer à cette guerre de toutes nos forces, comme avait pu le faire Jaurès en son temps. Nous ne sommes ni des lâches, ni des carpettes à vouloir la paix en Ukraine.

En 1922, dans les colonnes de l’humanité,  Anatole France écrivait un magnifique texte  dans lequel il disait :

« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels ».

Il n’y a donc rien d’étonnant à voir LCI et le groupe Bouygues, futur reconstructeur d’une Ukraine dévastée pousser à ce que cette guerre fasse un maximum de dégâts. Les principaux bénéficiaires de cette guerre sont aujourd’hui les États-Unis, loin du théâtre des opérations militaires, avec leurs armes de destructions massives et leur GNL vendus à des pays européens au bord de l’asphyxie économique par la mise en place de sanctions contre la Russie. Les guerres ne relèvent jamais du hasard pur.

Natacha Polony a signé une très brillante analyse de la situation.

2 replies on “ Derrière le narratif anti-russe, les délires néocons de va-t’en-guerre criminels ”
  1. « c’est la protection des populations russophones de l’Ukraine contre les velléités identitaires de Kiev, à l’origine de 14000 morts entre 2014 et 2022. »
    C’est pas bien de répéter sans esprit critique la propagande russe pour dénoncer la propagande occidentale. Les 14 000 morts (j’en était au chiffre de 10 000 ) sont en majorité des militaires des deux camps (dont une majorité de soldats… ukrainiens… sans compter les fameux petits hommes verts.. des soldats russes qui faisaient du tourisme au Donbas… Ou les passagers de ce vol neerlandais abattus par un missile russ tiré par des soldats russes pas du bon côté de la frontière…. C’est un peu hypocrite de reprocher à un état souverain d’avoir tué des soldats russes que l’on a envoyé envahir le donbass…

    Le second, c’est le désarmement de l’Ukraine, en l’empêchant de devenir la frontière de l’OTAN, mettant Moscou à portée de tir de missiles longue portée.
    Alors jusqu’au déclenchement de l’opération spéciale l’ukraine était notoirement sous-armée (sinon les russes n’auraient pas eu l’idée de l’attaquer) voir même exportatrice d’armes. Quand à placer Moscou à portée de missile longue portée c’est déjà le cas depuis bien longtemps. un seul exemple: les USA ont pas exemple aucun besoin de l’ukraine pour atteindre avec des armes nucléaires la Russie. La variété de leur arsenal et de leur vecteurs est tel qu’ils peuvent atteindre la Russie depuis leur territoire. Ironiquement il en et de même des Russes qui sont en capacité de frapper avec des armes nucléaires n’importe quel coin de la planète

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *