La disparition des corps intermédiaires

La disparition des corps intermédiaires

C’est en entendant Laurent Berger prendre la défense d’Agnès Buzyn – mise en examen pour mise en danger de la vie d’autrui par la CJR – plutôt que celle des personnels de santé, que j’ai compris la fin de cette notion fumeuse de corps intermédiaires. Cette crise sanitaire aura accéléré un mouvement largement entamé. L’avènement dans le paysage politique du Ramassis National, de La République en Arrêt et d’autres nébuleuses politiques, selon les expressions d’Emmanuel Todd, s’était chargé de consacrer la fin des partis qui, constitutionnellement, sont toujours censés structurer notre démocratie représentative. Les Gilets Jaunes, ensuite, nous ont montré que les appareils syndicaux avaient perdu la capacité de représenter les salariés, davantage préoccupés d’avoir leurs ronds de serviette dans les organes paritaires, à Matignon ou à l’Élysée. Des partis sans idée dans une guerre des places sans intérêt, sous influence de Think Tank leur expliquant la messe néo-libérale et des syndicats ne représentant plus qu’eux-mêmes, voilà où nous en sommes arrivés !

Absents totalement des manifestations contre le pass sanitaire, les partis, le syndicats et les élus locaux se sont ralliés à l’appareil stato-financier. Ils ont fait le choix d’être du bon côté du manche, pour ne rien préjuger de l’avenir. Au même titre que les médias qui se sont faits la voie de son maître. Au terme de ses 1 an et demi de confinements et de couvre-feux, les contre-pouvoirs – à l’exception de la justice – sont en voie de dislocation. Et le pass sanitaire se charge de tuer le peu de contestation associative qui pouvait exister dans notre pays. Il va donc falloir réinventer de nouveaux espaces de médiation et d’intermédiation, si nous ne voulons pas basculer dans un ordre nouveau, autoritaire où la seule liberté est celle d’entreprendre, de travailler, de consommer, de voyager. Prenons le temps de nous remettre à penser. Nous avons fort à faire.

 

1 reply on “ La disparition des corps intermédiaires ”
  1. La contestation associative était déjà bien entamée de la faute des associations elles mêmes : non respect des décisions prises en CA, absence d’assemblée générale, absence d’élection du C.A, décisions prises « entre petits copains »; là est ma triste expérience de participation à des associations que j’ai évidemment quittées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *