Excès de mortalité post-vaccinale ?

Excès de mortalité post-vaccinale ?

Depuis le début de l’année 2022, je n’entends autour de moi que problèmes de santé. Diabète, soucis cardiaques, cancers, sclérose en plaque, parkinson sont aujourd’hui le lot commun des gens de plus de 50 ans. Nous pourrions invoquer le vieillissement, la malbouffe, la consommation d’alcool et le tabagisme. Chez les moins de 50 ans, les cancers ont augmenté de 1990 à 2019 de 80%. Parmi les causes à tous nos ennuis, ajoutons les pesticides et la pollution, la radioactivité présente à côté de nos nombreux réacteurs où les leucémies y sont avérées.

Très curieusement, l’INSEE a révélé un étrange excès de mortalité en 2022 avec 53800 décès surnuméraires. Sur le site Euromomo, l’excès de mortalité pour les 0-14 ans démarre à la semaine 35 de l’année 2021 pour atteindre un pic en semaine 49 de l’année 2022.

En France, 1 personne vaccinée pour 1000 semble souffrir d’effets indésirables dus à la vaccination. La liste des principaux effets secondaires relevés par les autorités sanitaires françaises concernent les myocardites, l’augmentation de la tension artérielle et des saignements menstruels plus importants. D’autres signaux sont mis sous surveillance : zona, troubles du rythme cardiaque, maladies des reins, du pancréas ou du foie.

Ces chiffres sont évidemment très largement sous évalués. Et, contrairement au Royaume-Uni, la France n’a publié aucune statistique de mortalité selon le statut vaccinal. Les chiffres britanniques sont éloquents. 93% des morts du COVID d’avril 2021 à mai 2023 étaient vaccinés. Le taux de vaccination chez nos amis britanniques est de 79.7%. La conclusion, c’est comme l’a dit Jean-François Delfraissy, est que ces produits expérimentaux n’ont pas su protéger. Les chiffres sont là pour le prouver !

La plupart des scientifiques sont d’accord pour reconnaître que l’injection de produits expérimentaux peu efficaces en population générale était une erreur, compte tenu des effets secondaires observés notamment chez les plus jeunes. Et, pour tout vous dire, je suis heureux que mon fils Mathis, ma femme et moi avons fait le choix de ne pas nous faire vacciner. Pour notre fille Emma, il était hors de question qu’elle reçoive un produit expérimental sur lequel nous avions 9 mois de recul. Quel être dépourvu de raison aurait pu accepter de le faire ?

 

2 replies on “ Excès de mortalité post-vaccinale ? ”
  1. Merci, les chiffres sont éloquents. Les checknewsers vous diront que s’il y a plus de morts ou de contaminés chez les vaccinés, c’est parce que ceux-ci sont bien plus nombreux. AH AH!
    Évidemment, le souvenir du slogan « tous vaccinés, tous protégés » est un petit détail dont Libération ou France info ne s’embarrassent pas.

    1. Oui, mais, là où ça ne colle pas, c’est le ratio.

      La seule chose que les pro-injections expérimentales peuvent dire, c’est que les non-vax sont en meilleure santé. Il était donc très inutile qu’ils s’exposent à des effets secondaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *