L'autre, cette bête immonde

L’autre, cette bête immonde

En quelques mois à peine, j’ai été habillé pour l’hiver. Nicolas Gravelle, le nouveau Président LR de l’Intercom Bernay Terres de Normandie, m’a qualifié de khmer vert dans la presse ; sur Facebook, Mathieu – toujours dans la provocation – de Donald Trump ; René Paul Henry de complotiste et de gilet jaune, dans un commentaire, sur ce blog. Mis bout à bout, il vaut mieux éviter de chercher la moindre cohérence à affubler un être humain de tous ces qualificatifs. Hélas pour ces sinistres individus, je ne suis aucune de leurs représentations enfouies dans les limbes embrumées de ce que nous pouvons à l’occasion qualifier de cerveau.

Derrière ces expressions puantes et ordurières, il y a toujours cette volonté de salir, de réduire, de caricaturer l’adversaire, l’autre qui ne pense pas comme vous. Dans les réseaux sociaux, je tâche de ne pas insulter les gens, même si ça me titille parfois le bout des doigts. En écrivant, je développe un point de vue – le mien exclusivement – en fournissant des éléments, parfois des arguments. Cette écriture m’expose à la critique, là où il est plus simple de ne jamais s’exprimer et de se terrer derrière un monceau de commentaires injurieux. Ces trois personnes ont en commun d’être des conservateurs, enfouis dans une pensée mimétique – une pensée de meute – de laquelle ils ne parviendront jamais à s’extraire. Avec de tels individus, toute discussion est vaine.

5 replies on “ L’autre, cette bête immonde ”
  1. Cela dit, sans vouloir vous rabaisser exagérément, je trouve qu’être comparé à Donald Trump, c’est vraiment « petit bras ». Tant que vous ne serez pas le sosie de Hitler, ou au minimum de Pinochet, personne ne vous prendra au sérieux, j’ai le regret de vous le dire.

    1. @Didier

      Je n’ai jamais eu de moustache, contrairement à vous. Et vous n’êtes pas sans savoir que Staline, Pinochet, Videla, Hitler portaient la moustache. A la fois, je vous concède que Mao, Ceausescu, Enver Hoxha, Tito, Pol Pot et quelques autres leaders « communistes » – d’autres dictateurs patentés – n’en portaient pas. Lénine, Castro, Trotski arboraient la barbe ou la barbichette. J’ai cette sensation que la moustache est un marqueur de droite. Et donc se pose cette question angoissante : Staline était-il réellement de gauche ?

  2. J’ai Moi même été « jeté en pâture aux chiens » par des politicards médiocres et individus peu scrupuleux.L’utilisation du mensonge, de propos trafiqués et d’écrits interprétés volontairement « de travers » est devenu monnaie courante. Un seul but : « traîner l’autre dans la boue ».
    Ces individus utilisent le fait que la population prend pour vérité tout ce qu’on lui dit sans prendre le temps d’en effectuer la moindre vérification.
    Alors qu’il y a quelques décennies on pouvait participer à des débats courtois, respectueux de l’autre et constructifs, aujourd’hui, une seule attitude compte: salir ses interlocuteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *