La 5e République morte et enterrée le 8 mai 2023

La 5e République morte et enterrée le 8 mai 2023

Charles de Gaulle avait voulu faire de l’élection du Président de la République française au suffrage universel un lien entre un homme – providentiel – et un peuple. L’image d’Emmanuel Macron, hier, en train de saluer une foule absente relève de la même logique que le mensonge des villages Potemkine. 75 % des Français ne font plus confiance à cet homme, un an après qu’il a été élu contre la méchante Madame Le Pen. 90% des actifs ne veulent pas entendre parler de l’allongement du report de l’âge légal à 64 ans. Peut-on continuer à gouverner contre son peuple dans la 5e République ?

Le peuple avait déjà dit NON en 2005 au projet de TCE, que Hollande et Sarkozy, main dans la main, avaient tout de même fait adopter par le trou des chiottes contre la volonté d’une majorité de Français en 2008. Comment, à gauche, avons-nous pu croire à de telles pourritures qui tentent de se ressusciter sur la scène politique ? Les habits du Général étaient bien trop grands pour tous ses successeurs. La Constitution de 1958 était faite pour un moine-soldat.

La verticalité, la jupitérisation de la société sont désormais passées de mode. Nous sommes en 2023. Et il faut davantage de démocratie dans notre République. Dans ce contexte, je ne vois pas bien comment nous pourrions nous affranchir de changer de constitution. La seule manière de faire accepter aux oppositions une décision est d’en référer au peuple en lui soumettant toute une série de référendums. Arrêtons de croire que notre salut viendra de nos élites. L’histoire nous a montré qu’elles ont cette capacité singulière à se ranger du côté du plus fort. Les constitutionnalistes, à l’occasion de la réforme des retraites, nous ont expliqué que le RIP avait été conçu pour empêcher le référendum. De fait. Il faut que nous nous inspirions de la société suisse pour transcender les clivages de la société française. Sans référendum, nous sommes condamnés tôt ou tard à la guerre civile, dans un contexte de tension sociale, de crises écologiques et économiques de plus en plus exacerbées.

Le 2e élément déterminant pour revitaliser notre ploutocratie, c’est de mettre du tirage au sort un peu partout dans la société, notamment au Sénat, à la condition que les candidats sachent au moins lire et écrire. Les élections sont aujourd’hui l’occasion pour les élites de se reproduire, au point où aucune idée neuve ne s’exprime de ce substrat de dégénérés congénitaux de l’ultra-centre néo-libéral autoritaire. J’entendais Bruno Le Maire, ce matin, sur France Culture, nous dire que tout allait au mieux dans le meilleur des mondes, tout en parlant du brun de l’anus des femmes avec qui il a pu fricoter. Une grande découverte sans doute pour cet homme ? Depuis, le blanchiment est passé par là. Pour rappel, Bruno Le Maire est ministre de l’économie de la République française et il a trouvé le temps d’écrire 5 livres depuis 2017.

1 replies on “ La 5e République morte et enterrée le 8 mai 2023 ”
  1. Le socle d’une démocratie devrait être le local, le plus petit échelon, c’est-à-dire la commune. La constitution de 1793, qui n’a jamais été appliquée, prévoyait que tout projet de loi soit soumis aux communes. Quant au conseil constitutionnel il est, en France, une sorte d’EHPAD pour dinosaure de la politique qui se contentent d’apposer le sceau de la légitimité sur les projets de lois de leurs copains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *