La défaite attendue

La défaite attendue

Daniel Cueff, dans son arrêté de mai 2019, s’est attaqué à du lourd. Il a institué une ZNT de 150 mètres dans son village de Langouët. Suspendu, son arrêté aura été finalement retoqué par le Tribunal administratif de Rennes en octobre 2019. L’issue ne pouvait pas être différente ! Pour rappel, mon arrêté de protection de la ressource en eau instituant une zone de 2 mètres franche de nitrates et de pesticides le long de la chaussée revêtue, à défaut de haies, de fossés et de zones enherbées, n’a jamais été jugé. Il n’est donc ni suspendu, ni retoqué. Quand nous nous étions parlés au téléphone cet été, je n’avais pas senti Daniel très au point sur le plan juridique. Il avait sous-traité la rédaction de son arrêté à une association d’experts en droit de l’environnement. Il a confié à Corine Lepage le soin de le défendre. Je n’ai eu pour ma part recours à aucun expert, aucun avocat, aucun juriste dont le métier est de vivre du droit de l’environnement. Quand j’ai demandé à Corine Lepage de me valider mon arrêté, elle m’a parlé d’assistance juridique. Que serait l’écologiste sans le pollueur ?

Ce sont les mêmes arguments utilisés à Saint-Eloi-de-Fourques qui auront été déployés contre la liste soutenue par Daniel au cours de cette campagne électorale. Comme à Langouët, j’ai eu la famille du plus gros agriculteur de la commune contre moi. Comme à Langouët, pas de tête de liste. Comme à Langouët, 7 femmes et 8 hommes. Comme à Langouët, ils voulaient de la démocratie participative. La ressemblance est saisissante ! Dans la presse, les représentants de la FDSEA et de la FNSEA ont parlé de tumulte médiatique, de sujets clivants, de tensions entre agriculteurs et riverains alors qu’elles ne datent pas d’aujourd’hui. J’aurais utilisé ce mandat au service de mon ambition politique personnelle, pour me faire valoir. Contrairement à Daniel, je ne me suis présenté à aucune autre élection politique que les municipales depuis 2014. Je ne suis, par ailleurs, encarté nulle part et, pendant 6 ans, je n’ai jamais mis mes idées et mes représentations personnelles en avant. L’arrêté de protection de la ressource l’eau est avant tout un acte de police municipale, dont l’objet est de trouver des solutions sur la problématique du ruissellement. L’eau souillée en nitrates et pesticides issue des champs de culture est en train de condamner nos points de captage irrémédiablement.

Reste que je voudrais saluer Daniel Cueff pour avoir fait bouger les lignes du gouvernement sur la question des ZNT, pour son courage. C’était lui l’ennemi à abattre pour la FNSEA et la FDSEA. Le syndicat agricole majoritaire dans les Chambres d’agriculture avait fait de Langouët un objectif prioritaire, un symbole. Pour Saint-Eloi-de-Fourques, Messieurs, vous devrez attendre encore 6 ans. D’ici là, vos pratiques auront changé. Daniel et moi, à des degrés très différents, n’avons qu’accompagné un mouvement profond de la société. Votre combat d’arrière-garde pour le maintien de l’utilisation des pesticides est une cause perdue d’avance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *