La droite nationale en pleine ébullition

La droite nationale en pleine ébullition

L’objectif d’Eric Zemmour n’est pas de gagner l’élection présidentielle. Il est de flinguer Marine Le Pen, dans la perspective souhaitée d’une victoire d’Emmanuel Macron venant achever et le RN et les LR. La droite nationale qui s’amalgame autour de l’ancien éditorialiste parie sur le coup d’après. Pécresse n’a pas grande chance de l’emporter ; Marine Le Pen non plus, malgré les prédictions de Jacques Attali ; Zemmour encore moins. Une partie significative des LR, une fois l’élection présidentielle achevée, ira rejoindre LaREM, espérant avoir une place à l’Assemblée Nationale. Le reste des cadres LR réunis derrière Ciotti et Wauquiez iront rejoindre le nouveau parti d’Eric Zemmour.

Concernant le Rassemblement National, je ne vois pas comment ce mouvement, avec le petit Jordan à sa tête, pourrait résister à une 3e défaite de sa candidate. La défection de la petite Marion, choisie comme la future Jeanne de tous ces vieux cons de la droite nationale, ne doit rien au hasard pur. Henri Guaino, l’ancien conseiller de Sarkozy, n’a jamais fait mystère de son admiration pour la petite fille de Jean-Marie. L’égérie de la droite nationale a fait connaître son envie de refaire de la politique. Elle devrait à nouveau se présenter à la députation les 12 et 19 juin 2022, sous les couleurs du nouveau parti d’Eric Zemmour. Jugée trop à l’extrême-droite par sa propre tante, elle n’aura sans doute pas particulièrement apprécié sa mise à l’écart du Front National en 2017.

2 replies on “ La droite nationale en pleine ébullition ”
  1. Je ne suis pas je n’ai pas le temps, mais j’ai parié au début de l’arnaque épidémie politique et policière que le prochain loufiat des intérêts privés internationaux quel qu’il soit, serait obligé de s’allier avec les personnels et la logistique « d’extrèmes » les plus purs , en dehors de ceux qui se comptent déjà dans les futurs. Il suffit d’avoir lu les propositions ou projets de lois de sénateurs ou députés qui s’additionnent depuis 2020 pour comprendre ce qui va se passer inéluctablement pendant que tout le monde suit les supposés dégâts amplifiés d’un virus qui n’est pas détecté par le réseau de surveillance des malades Sentinelles.

    Ma prévision c’est gratos. SI les élections ont lieu ; car à surveiller le « virus » comme dit le conseil constitutionnel, on perd de vue que la « sortie de l’état d’urgence » qui permet des excès de pouvoir par quelques uns, c’est fin juillet 2022..

    C’est un peu l’histoire de la ponérologie politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.