La vaccination ne peut pas toujours être une solution globale.

La vaccination ne peut pas toujours être une solution globale.

Comme d’habitude, je ne vais pas être très long. L’objet d’un vaccin n’est pas de soigner et encore moins de tuer des gens. Il est de prévenir des conséquences potentielles d’un virus, d’une maladie extrêmement létale. Son taux d’efficacité doit tendre vers les 100% pour les vaccinés. Dans le cas contraire, il n’a pas grande utilité.

A vos calculettes

Imaginons donc un pays dans lequel nous avons eu 6 millions de personnes infectées par un virus. 100000 sont mortes, soit 0,15% de la population globale. 392000 sont sortis de l’hôpital. 8000 sont hospitalisées. Au total, vous aurez eu 100000+392000+8000 personnes ayant eu des formes graves de la maladie. Autrement dit, grâce à leurs anti-corps et leurs défenses immunitaires naturelles, 5500000 d’entre elles – soit près de 92% – n’ont développé aucune forme grave de la maladie. Or, une partie non négligeable de cette population – dite asymptomatique – n’a hélas pas pu être comptabilisée parmi les personnes victimes de cette infection. Ce pourcentage de 92% est donc très fortement minoré.

Et on vous explique qu’un vaccin est efficace à 88%, du fait d’une nouvelle souche. Question : y-a-t-il un bénéfice à vacciner globalement ladite population , quand il existe un risque collectif  et systémique – même faible ? – d’appliquer une technologie OGM sur l’homme dont nous ne connaissons pas les conséquences à moyen et long terme ? J’attends vos réponses.

2 replies on “ La vaccination ne peut pas toujours être une solution globale. ”
  1. Je fais partie du groupe placébo de l’essai clinique de phase 3 dont le rapport final pour Pfizer (60 % des tirs) sera pondu en décembre 2023… (les concurrents sont à peu près dans le même cas.) et l’AMM arrêtée en décembre 2022 sauf reconduction..
    Si le jus d’ARN devient obligatoire je demanderai alors au producteur rendu irresponsable de ses produits par l’UE pourquoi il supprime le groupe placébo de son essai clinique de phase 3 qui doit être randomisé en double aveugle.
    sinon le rapport de 2023 il va le faire comment ?

    En attendant je suis en direct de l’église de ma paroisse pour allumer un cierge gros comme une cuisse d’hippopotame pour protéger le groupe qui se fait tirer comme des lapins avec de l’innovant…
    Et après on me dira que je ne suis pas altruiste !! je n’étais pas obligé d’accepter d’être dans le groupe placebo non plus puisqu’il faut être volontaire dans un essai clinique. Toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *