La vérité journalistiquement établie

La vérité journalistiquement établie

Je n’ai de cesse depuis plusieurs mois, plusieurs années de dénoncer cet ultra-centre fascisant, cette police de la pensée qui s’exprime dans les médias et dans la presse française. Dans une de ses dernières saillies, Thomas Legrand, dans le journal Libération, a parlé de vérité journalistiquement établie, en affiliant le journaliste André Bercoff à un agent de Moscou. Pierre Lelouche, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, Henri Guaino, Vladimir Fedorovski sont-ils devenus de dangereux poutinolâtres, au prétexte qu’ils réclament le retour de la diplomatie à cors et à cris ?

Après 2 années de COVID, les fake news s’abattent sur nos têtes comme les obus de 155 tombent aujourd’hui sur les valeureux soldats ukrainiens. Poutine était fou, malade. Remarquons que, pour un mourant, le Président russe se porte plutôt pas mal. En 2022, nous apprenions qu’il était traité pour un cancer de la thyroïde et qu’il se soignait au sang de bois de cerf. Du fait de la maladie du chef du Kremlin, je crains pour ma part la disparition des cerfs en Russie. Je me demande même si l’attaque russe ne serait pas fondée sur un risque de pénurie de cervidés. On nage en plein délire ! Le drôlatique colonel Goya qui officie sur LCI nous avait même annoncé en février 2022 que les Russes étaient à cour de munitions. Heureusement, ils leur restaient des pelles et des pioches. Un peu plus tard, au plus fort de la contre-offensive ukrainienne, la Russie n’avait plus de missiles. Elle en était rendue à récupérer les puces des machines à laver afin d’équiper ses missiles. D’ailleurs, la population de Moscou était acculée à laver son linge dans la Volga.

Pire, la Russie menacerait désormais la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie et les pays baltes. Pour les pays baltes membres de l’OTAN, excusez du peu, ce serait à cause de la présence de 20 à 30% de Russophones sur leur territoire. Pour la Pologne et les ex-pays du Pacte de Varsovie, on cherche encore les explications. Nous serions face à une menace russe sur le sol européen. Selon Nicolas Tenzer, nous serions même attaqués par la Russie. Je ne sais pas à quoi carburent tous ces gens. Sans doute pas à l’eau claire… Sur LCI toujours devenue la voix de son Maître, l’économie russe serait à l’agonie, au bord de l’effondrement économique, alors que le New-York Times annonce une inflation maîtrisée à 4% pour 2024. J’aurais aimé que l’inflation eût été en France à ce niveau là.

L’attaque contre l’infosphère bat son plein au niveau des exécutifs français et européens. Thierry Breton et la commission s’y emploient activement en cherchant à ramener Elon Musk et Twitter devenu X dans le camp du Bien. En France, l’ARCOM demande à ficher politiquement les chroniqueurs des médias français pour associer leur temps d’antenne à l’expression des partis politiques. Comment faudra-t-il comptabiliser le temps d’antenne des Benjamin Duhamel, Darius Rochebin, Ruth Elkrief, David Pujadas, Nicolas Tenzer, etc ? Le gouvernement de son côté s’active à faire taire les dissidents de la police de la pensée avec un projet de loi censé lutter contre les dérives sectaires, qui ajoute au code pénal l’article 223-1-2 :

« Art. 223-1-2. – Est punie d’un an d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende la provocation, au moyen de pressions ou de manœuvres réitérées, de toute personne atteinte d’une pathologie à abandonner ou à s’abstenir de suivre un traitement médical thérapeutique ou prophylactique, lorsque cet abandon ou cette abstention est présenté comme bénéfique pour la santé de
la personne visée alors qu’il est, en l’état des connaissances médicales, manifestement susceptible d’entraîner pour elle, compte tenu de la
pathologie dont elle est atteinte, des conséquences particulièrement graves pour sa santé physique ou psychique.

« Est punie des mêmes peines la provocation à adopter des pratiques présentées comme ayant une finalité thérapeutique ou prophylactique alors qu’il est manifeste, en l’état des connaissances médicales, que ces pratiques exposent à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente.

« Lorsque la provocation prévue aux deux premiers alinéas a été suivie d’effets, les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Tout n’est pas à jeter dans ce projet de loi. Mais, il sera désormais difficile, dans l’espace public, de proposer des alternatives à un vaccin expérimental mis au point en 9 mois en population générale sans aucun recul, là où l’ivermectine, l’hydroxychloroquine et l’azithromycine ont fait toutes leurs preuves. Nous sommes face à une machine de désinformation généralisée de la part de ces gouvernants de l’ultra-centre totalisant et de plus en plus totalitaire relayés par des médias aux ordres. Et comme le disait si bien Roland Barthes, « le fascisme ce n’est pas empêcher de dire, mais d’obliger à dire« . Nous y sommes !

 

 
 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *