Le pan-médicalisme, ce nouvel ordre parasitaire

Le pan-médicalisme, ce nouvel ordre parasitaire

J’en ai ras les coucous-niet de voir, depuis le début du Grand Claquemurage (1), défiler ces chefs de service des hôpitaux français dans les médias, nous expliquer que, du fait de capacités hôtelières hospitalières insuffisantes, de l’inconsistance, de l’imprévoyance des autorités de santé et du gouvernement, nous n’avons pas d’autre choix que de rester pris en otage confinés. Hier soir, ô miracle, nous avons eu droit, durant quelques minutes, à un véritable moment de réenchantement, en entendant la parole du philosophe André Comte-Sponville.

Il a parlé du pan-médicalisme, ce nouvel ordre totalitaire sanitaire dans lequel nous sommes entrés. Il s’est étonné du peu de cas que nous accordions aux 9 millions de morts de faim – dont 3 millions d’enfants – et de notre émotion sans limite face à ces quelques 20000 personnes mortes du Covid-19. 1,5 millions d’hommes, d’enfants meurent chaque année de la tuberculose. Et globalement, on s’en fout ! Dans notre bôbô pays, nous aurions presque fini par croire que la mort n’existait plus. Le nouvel ordre vise-t-il à ce que nous soyons immortels, alors que 600000 d’entre nous servent chaque année de nourriture aux asticots ?

La santé ne peut pas être une fin en soi, nous dit le philosophe. Elle n’est qu’un moyen de notre bonheur. Un moyen parmi tant d’autres.  « Si la médecine s’arrête, la vie continue« . La réciproque est fausse. Nous pouvons continuer de vivre collectivement sans la médecine. Tiens au fait, qui va payer la dette ? Les vieux ? Non, bien sûr. Il nous rappelle que « tous les morts ne se valent pas« . Et que 20000 morts atteints de pathologies multiples dont l’âge médian dépasse les 80 ans ne valent pas d’être sacrifiés pour tous ces jeunes et ces actifs qui vont subir le chômage, la récession économique, la dette durant des mois, des années ! Il ne peut pas y avoir de santé sans économie.

« Ce n’est pas la médecine qui nourrit les sociétés. La pauvreté et la misère tuent aussi et davantage« , nous rappelle André Comte-Sponville.

Intervention d’André Comte Sponville dans C à Vous, le 21 avril 2020


(1) La paternité de l’expression échoit à Didier Goux.

1 reply on “ Le pan-médicalisme, ce nouvel ordre parasitaire ”
  1. Merci pour le lien !

    Sinon, vous écrivez ceci : « Si la médecine s’arrête, la vie continue. La réciproque est fausse. »

    Pas du tout : quand la vie s’arrête, il reste la médecine dite « légale » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *