Les boulets de la blogosphère

Les boulets de la blogosphère

A chacun, ses boulets ! Nicolas a droit aux doctes propos du très sachant Élie A. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre que cela ne servait à peu de choses de commenter un article quand on n’était pas d’accord avec le taulier. Vous ne parviendrez pas à le faire changer d’avis.

Depuis décembre 2022, j’ai droit régulièrement à des commentaires ironiques, acerbes, condescendants, insultants et méprisants de la part d’un certain François H, dès qu’un article parle du COVID ou de la crise sanitaire. A chaque fois, c’est la même chose : « Vous n’êtes ni médecin, ni docteur, ni épidémiologiste. » Ce type à l’esprit délirant va même jusqu’à me prendre pour un complotiste.

Sur mon site pro, j’ai eu droit à des commentaires du même tonneau à chaque fois que je contestais une pratique préconisée par des influenceurs dans les réseaux sociaux. Ce n’est pas parce que vous êtes influent ou spécialiste que vous avez forcément raison. La violence des propos, les insultes m’ont amené à mettre fin aux commentaires sur mon site pro. Ils n’y ont pas leur place.

Dans nos blogs, nous exprimons une vision, une opinion. Nous parlons de nos choix. Nous y revendiquons haut et fort le droit de parler de tout et de rien. Et, quand vous n’êtes pas d’accord ou quand vous trouvez peu d’intérêt à lire ce que nous pouvons y écrire, le mieux, c’est de nous foutre la paix. Vous gagnerez votre temps. Vos commentaires ne servent à rien… ou presque.

Récemment, ce bon François H. a commenté un de mes billets dans lequel je parlais des subventions aux associations en ces termes. « Trop fort le gars ! Il participe à une délibération communale allouant une subvention à une association dont il est administrateur. J’adore ! » Sur le fond, il avait entièrement raison, à ceci près que je n’ai pas pris part au vote. La discussion houleuse que nous avons eue lors du Conseil au sujet de cette association et aussi ce commentaire, m’ont amené à démissionner de mon poste d’administrateur dans la foulée.

Comme quoi, nos boulets, très cher Nicolas, peuvent nous être parfois fort utiles. Un grand merci, donc, à François H.

9 replies on “ Les boulets de la blogosphère ”
    1. @Nicolas

      J’ai mis beaucoup temps à le comprendre et il m’arrive encore de déraper. Heureusement, tu es là pour le rappeler… à ta manière parfois un peu rugueuse. ;+)

      1. Tant que vous traiterez sur votre blog les pro-vaccins de fachos ou de stupides moutons je continuerai à vous adresser toute mon ironie.

        Sans haine ni propos insultant.

        Signé : un pauvre type.

        1. @François H.

          Je publie votre commentaire.

          Je n’ai jamais qualifié les personnes ayant fait le choix de recevoir des injections expérimentales de « moutons ». Lisez bien !

          27 février 2021 -> « Tous ces veaux, dindes et moutons réclamant deux mois de confinement supplémentaires et vous expliquant que le vaccin serait le remède à la crise sanitaire  pour un virus non immunisant et un taux de mortalité de 0.03% sur la population mondiale au cours de la dernière année à comparer avec un taux de mortalité générale de 0.7% »

          28 février 2021 -> « Yann Christophe n’a pas apprécié mon agacement – un peu potache – vis à vis de toutes ces veaux, dindes et moutons qui réclament à tue-tête un nouveau confinement de deux mois. »

          Ce que je qualifie de fachos, c’est tous ces médecins, politiques, journalistes, éditorialistes qui nous ont imposé l’ordre sanitaire, le pass sanitaire devenu vaccinal, le Conseil de défense, des lois d’exception, réclamant que nous ne soyons plus pris en charge par l’assurance santé, nous traitant de tous les noms. Et ce sont les gens « vaccinés », croyant au discours des autorités, qui ont contaminé leurs proches. Ces gouvernants et ces néo-libéraux fascisants de l’ultra-centre ont restreint nos libertés, bazardé notre économie en laissant une dette abyssale à nos enfants pour rien, engraissé Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Janssen pour un produit expérimental peu efficace. Les gens en bonne santé, les enfants – sauf fragilité particulière – n’avaient pas à recevoir ces produits expérimentaux avec tous les effets secondaires que les autorités de santé révèlent aujourd’hui.

          Je pense à Julie Le Galliard, à Mauricette Doyer. Elles sont mortes, sans doute, d’avoir cru à ce discours. Je n’oublie pas non plus qu’un de mes amis nous a qualifiés, ma femme et moi, ma fille et mon fils par ricochet, d’assassins !

        2. Selon le dico : Fascisme : 3. Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu’un à un groupe quelconque, à son entourage.

          Heureusement, les excités de la picouse étaient si bienveillants, qu’on a failli croire au retour du mouvement hippie, version sanitaire. Mais entre Lechypre (qui semble adorer les lois du régime de Vichy) voulant faire emmener de force les non-vaccinés par la police ou Macron qui voulait emmerder le plus possible des gens qui ne faisaient que respecter les lois de son propre gouvernement ; admettons que ces Emmanuel sont plus proches de la définition du dico que des performances de Sylvia Kristel.

  1. Je trouve ton billet excellent. En effet, c’est pénible de blogguer quand des parasites viennent te parasiter. J’ai la « chance » d’être moins prolifique et d’avoir moins de pénibles.

    Mais j’imagine pour Nicolas par exemple, c’est du harcélement.

    Le blog est un merveilleux pour développer une idée avec plus de 140 caractères. Mais il faut lire. Et si le taulier ouvre la discussion, discutons. Mais le « tu es con tu n’as rien compris c’est comme ça ». Bon…

    Je passe sur les attaques personnelles. Nicolas s’en souvient, mais nous avions eu à une époque un gars, dangeureux, qui limite faisait des fiches sur nous. Glaçant.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *