Les fachos de l'ultra-centre

Les fachos de l’ultra-centre

La Commission européenne, sous l’impulsion de Thierry Breton, veut mettre en oeuvre une codification contre la désinformation, une nouvelle mouture du ministère de la Pensée. Et, en matière de désinformation, les institutions européennes n’ont pas été les dernières, allant jusqu’à nous expliquer que les produits expérimentaux à base d’ARN messager censés lutter contre le COVID empêchaient la transmission et la contagion. Et, pourtant, dès 2021, Pfizer avait expliqué tout le contraire. Les réseaux sociaux et notamment Twitter sont encore de rares espaces de liberté dans cette société néo-libérale autoritaire, de plus en plus cadenassée.

Ce sont ces néo-fachos incarnés par Macron, Valls, Cazeneuve, Breton, Larcher, Sarkozy, Hollande qui se sont appliqués à troquer le NON du peuple français en 2005 pour un OUI des parlementaires en 2008. Ces gens ne respectent rien et, en premier lieu, le suffrage universel. Entre blanc bonnet et bonnet blanc, les Français préfèrent, le moment des élections, aller à la pêche à pied plutôt que de continuer de suivre les gens En Marche.

La démocratie, nos institutions sont malades. Et ce n’est ni la faute à Mélenchon et à Le Pen, qui, d’un certain sens, revitalisent le cadavre de cette 5e Ripoublique. Sans alliance, sans aucun accord politique, la majorité relative suffit à gouverner ce pays. Certains souligneront, avec la sottise qui les caractérise, la solidité de la Constitution française, là où nous ne pouvons qu’apercevoir le désastre politique qui s’annonce, inexorable.

Election après élection, nos fachos de l’ultra-centre, allant de Carole Delga à Bruno Retailleau, perdent de plus en plus de terrain. Aucune idée nouvelle : du conservatisme pur jus à tous les étages ! Et, à l’occasion des prochaines échéances nationales qui s’annoncent, la seule réponse possible est de faire bloc à gauche, de LFI à EELV, en passant par le PCF et le PS. Les Européennes répondent d’une autre logique. L’accord électoral des dernières législatives a permis de faire front. Sans cet accord, tous les duels de l’ultra-centre face au Rassemblement National se seraient soldés par la victoire de la Marine nationale. Ce n’est pas la gauche en tant que gauche qui a inventé le Front National. C’est le choix de l’ECU  et le virage de la rigueur pris par la gauche en 1983, incarné par un certain Laurent Fabius. Il faut toujours faire le programme pour lequel on a été élu et arrêter de croire que l’exercice du pouvoir peut, à lui seul, nous faire gagner la guerre culturelle, la guerre des idées. Les ors de la République ont été le cimetière de la gauche de gouvernement.

Toutes les mesures de restriction de nos libertés fondamentales prises depuis 2015 dans le cadre de cette 5e République nous montrent à quel point nos institutions peuvent basculer vers la démocrature. Les confinements et couvre-feux, les pass en tout genre, la limitation du droit de manifester et les violences policières nous en ont donné un avant-goût. Nous ne sommes pas sortis le cul des ronces.

1 reply on “ Les fachos de l’ultra-centre ”
  1. La gauche n’a plus d’idées. Elle n’existe que par opposition à l’extrême droite qui c’est emparé du concept de la liberté d’expression ; voir de la liberté tout court. La gauche ne la défend donc plus, par bête réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *