Les prémices d’une déflagration généralisée

L’objectif du Hamas en attaquant Israël était de casser le rapprochement de l’Etat hébreu avec les pays arabes, suite aux accords d’Abraham de 2020. Pour Netanhayou, il s’agissait d’enterrer la question palestinienne par la mise en marche forcée de la colonisation en Cisjordanie. Avec le dôme de tonnerre et les algorithmes de surveillance, les Israéliens ont cru pouvoir contenir le Hamas, alors que, dans le même temps, le renforcement militaire du Hezbollah exigeait plus de moyens de surveillance au sud Liban. La milice islamiste chiite devrait bientôt entrer dans cette danse mortifère. Erreur de calcul misérable pour Netanyahou et les faucons américains, comme aurait pu dire Régis Debray, en évoquant un tout autre sujet.

Les actes de barbarie du Hamas – passibles sans doute de crimes contre l’humanité –  ont déclenché la riposte israélienne toujours en cours et surtout l’indignation du monde arabe face au massacre des civils palestiniens. Les accords d’Abraham appartiennent désormais au passé. Et les spécialistes de la question israélo-palestinienne reparlent d’une solution à un ou à deux états. Encore faut-il disposer d’interlocuteurs à l’image de Marwan Barghouti que les Israéliens laissent croupir dans leurs geôles depuis 2002 !

Jihad d’atmosphère dans l’hexagone

Suite à l’acte terroriste ayant entraîné la mort de Dominique Bernard, Philippe Mérieu, invité hier soir sur France Inter, a parlé de Djihad d’atmosphère. Je crains qu’ici ou ailleurs, nous ayons à déplorer de nombreuses victimes d’attentats terroristes dans les semaines, les mois et années à venir. La haine de l’Occident dans le monde est aujourd’hui à son paroxysme. Les interventions militaires en Irak, Afghanistan, Syrie, dans le Sud Sahara ainsi qu’en Afrique centrale avaient pour but d’exporter le modèle dit de la démocratie libérale représentative. Au lieu de tout cela, nous avons produit corruption, guerre, dictature et charia, en servant au passage de sombres petits intérêts.

L’arrogance dont nous continuons de faire preuve nous oblige, si nous voulons être entendus, à bien plus d’humilité et au retour d’une véritable diplomatie, que la macronie décérébrée s’est évertuée à bazarder par le décret du 16 avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *