Macron, ce cordonnier le plus mal chaussé

Macron, ce cordonnier le plus mal chaussé

Fort de ses 80000 soldats morts dans les plaines et les forêts ukrainiennes, Vladimir Poutine a récemment exhorté les femmes russes  à engendrer au moins 7 enfants au cours de leur modeste existence. Jusqu’à preuve du contraire, les femmes restent l’avenir de l’homme, même si c’est un peu moins vrai en temps de guerre. Il est difficile d’expliquer l’effondrement de la fécondité, en Russie, par la consommation de vodka. C’est là le revers de la médaille du développement économique de ce pays. Plus un pays est pauvre, plus les femmes font d’enfants ou, souvent, sont contraintes à les faire.

Avec une natalité descendue à 1,7 enfant par femme, la patrie est en danger. Dans l’infâme vomi qu’il a délivré lors de sa dernière conférence de presse, Macron a parlé de relancer la natalité. D’une drôle de façon, comme toujours. Il a proposé un congé de naissance de 6 mois, mieux rémunéré, bien plus court que celui des 3 années que peuvent choisir les femmes aujourd’hui. Tu parles d’une avancée : c’est juste une des pires régressions en matière de politique familiale. Ma femme a pu bénéficier de ce congé parental dit d’éducation d’une durée maximale de 3 ans. Résultat : notre fille a sauté deux classes. Elle vient d’entrer au collège à l’âge de 9 ans, après une scolarité en primaire passé dans le privé, du fait du refus a priori et tout aussi catégorique d’une directrice du public de lui faire sauter une classe.

Je suis toujours très amusé d’entendre un homme politique sans enfant nous expliquer qu’il faut en faire davantage. Jamais plus dans ma vie, je ne voterai pour un personnage, homme ou femme, qui a fait le choix de ne pas avoir d’enfant. Je tiens à préciser que je suis père de 3 enfants. Je peux donc voter pour moi aux prochaines municipales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *