Macron et Kohler, faiseurs de RN

Macron et Kohler, faiseurs de RN

Je me souviens des éditos de Thomas Legrand, le matin sur France Inter, tentant en vain de nous définir le macronisme. Après la crise des gilets jaunes de 2018 et des deux dernières années de crise sanitaire, je le perçois, pour ma part, comme une sorte de crypto-fascisme rampant d’un nouveau genre. Et à ce jeu, les Français et les électeurs préfèreront toujours l’original à cette pâle copie d’une dérive autoritaire mal assumée.

Comme beaucoup d’entre vous, les branlées prises par Ferrand et Castaner m’ont réjoui à un point qu’il est difficile d’imaginer. Il n’y a pas toujours du mal à se faire du bien. Dans notre 2e circonscription, le très insignifiant Fabien Gouttefarde s’est vu voler la vedette par la candidate RN, une incarnation du degré zéro de la vie politique française. A force de ne pas être présent auprès des élus et des populations dans nos combats contre les services de l’État, le député sortant LREM doit sa défaite tout d’abord à lui-même. Notre ex-député n’est pas fait pour la politique et il est bien le seul à ne pas s’en être rendu compte.

A moins d’un coup de Jarnac propulsant un LR à Matignon, Macron, cet imberbe de la vie politique française, n’a pas les épaules assez larges et l’expérience politique pour affronter la tempête parlementaire qui s’annonce. Depuis 5 ans, la France est gouvernée de fait par Alexis Kohler, cet autre politicard pré-pubère, qui choisit les collaborateurs de ministres collaborateurs et qui arbitre toutes les décisions au plus haut sommet de l’État, croyant dur comme fer séparer le bon grain de l’ivraie. L’hypothèse la plus probable est que nous assistions à une dissolution et une nouvelle élection en 2023.

L’alliance électorale à gauche nous aura permis de passer de 73 à 153 députés, si on inclut les divers gauche. Le pari d’Olivier Faure, de Julien Bayou, de Fabien Roussel et de Jean-Luc Mélenchon est en grande partie gagné. Il faut désormais se préparer à l’hypothèse de la dissolution et à affiner un programme de gouvernement écologique et social assumé qui a dû se construire dans l’urgence. Là où Sarkozy avait su enterrer le RN, Hollande et Macron, par leur politique antisociale et libérale, auront amené les Français à voter massivement pour une expérience politique qu’ils sont manifestement de plus en plus nombreux à vouloir essayer. Il faut nous préparer dès aujourd’hui pour avoir une petite chance de l’emporter en 2023.

1 reply on “ Macron et Kohler, faiseurs de RN ”
  1. Le parlement, tel qu’il est présentement est l’expression démocratique d’une élection mais pourtant, au lendemain des législatives, certains pensent déjà à sa dissolution. Les français qui sont allés voter et désirent que l’Assemblée soit autre chose qu’une simple chambre d’enregistrement du pouvoir, auraient mal voté et il faudrait donc recommencer… Comme un air de déjà vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.