Mauvais Signes

La mort de Jean-Mathieu Michel n’a rien d’accidentelle. Elle est révélatrice de l’état d’une société rongée de l’intérieur par un hyper-indvidualisme peu soucieux des règles de vie communes et de l’intérêt général. Sur BFMTV, une journaliste a parlé d’un maire mort à cause d’incivilités. Je vais vous en parler des incivilités auxquelles j’ai à faire depuis 2014  et un peu avant. J’ai été élu conseiller municipal en 2001, pour la 1ère fois, à Saint-Eloi-de-Fourques.

Du goudron et des plumes ?

Fraîchement élu maire, j’ai été saisi par tous les habitants d’un des quartiers de mon village  qui ont eu à subir les fumées des goudrons d’un ancien abri de jardin. Je suis allé voir le récalcitrant une 1ère fois, lui expliquant gentiment, de les emmener à la déchèterie de Malleville-sur-le-Bec. Il a continué à les brûler. J’ai dû y retourner une 2e fois et la tonalité fut moins pédagogique !

Vie privée

J’ai eu droit aussi à un parisien qui venait en week-end chez sa soeur en envoyant son drone filmer les propriétés de ses voisins. Là, j’ai été peu conciliant, lorsqu’une habitante m’a expliqué que le volatile électronique s’était planté devant la baie vitrée de son salon un dimanche matin.

Un havre de paix

Et puis, le bruit ! Le bruit des chiens qui aboient le jour, la nuit. Ces habitants nouvellement installés dans nos campagnes pourrissent la vie de leurs voisins qui n’avaient jamais eu à subir de tels niveaux de nuisances dans des quartiers du village extrêmement calmes à l’origine. Parlons encore de ces tronçonneuses et de ces tondeuses qui devraient se taire à 19 h 30 en semaine, le dimanche après-midi, et à 18 h 00 le samedi. Dois-je évoquer cet énergumène qui fait des roues arrière le dimanche après-midi sur une moto devant la mairie, sur lequel je cherche à mettre le grapin désespérément ?

C’est du propre !

Et puis, les poubelles. Tous les lundis matins, on retrouve toute sorte d’objets au point de collecte des déchets, à côté de la salle des fêtes ! Je viens de retrouver mercredi dernier les déchets d’un habitant dans la poubelle du cimetière. Du verre, des papiers, des plastiques qui auraient dû être triés. Je vais établir un procès verbal.

Toit, toit, mon ROI

Mon voisin a eu son toit de maison défoncer à plusieurs reprises par des camions et des engins agricoles, sans que les auteurs des dégradations se fassent connaître à chaque fois. Nous avons dû financer, avec de l’argent public, un aménagement à base de poteaux en bois pour le protéger.

Salle des quêtes

Nous avons eu des vols au niveau de la salle d’activités : un aspirateur et un colis des anciens. A chaque fois, ils ont été commis par des personnes disposant des clés. J’ai porté plainte à chaque fois. Depuis, je touche du bois, nous ne nous sommes plus rien fait voler.

Education

A la cantine, les personnels sont régulièrement affublés par les enfants de, je cite, « connes« , « sales connes« , « connasses« , « salopes« . Et les parents de ces enfants nous expliquent à chaque fois qu’elles l’ont bien cherché et qu’à la place de leurs enfants, ils en auraient fait de même. C’est toujours de la faute des autres ! Depuis décembre 2018, nous avons remis en place les exclusions au niveau du règlement de cantine. Et, ça va beaucoup mieux, même si les insultes continuent de pleuvoir. J’ai dû expliquer cette année à la mère d’un enfant auquel j’avais collé un 3e avertissement provoquant sa 2e ou 3e exclusion qu’il avait fait d’énormes progrès. En 2018, il qualifiait les femmes de cantines de « salopes » ; en 2019, seulement de « connes« . On avance !

Or au noir

Et puis, nous avons eu droit à des vols de carburant sur des camions garés dans le domaine public sans autorisation, puis sur des camionnettes chez l’habitant. Claude s’est fait dépouiller du cuivre de ses moteurs au moment de la construction de la salle des fêtes, entre 2011 et 2013.

Circulez, y a rien à voir !

En 2015, j’ai été menacé de mort par un père dont le fils s’était fait arrêter par les douanes volantes à Brionne en possession de cannabis. Il a cru que j’étais à l’origine de cette arrestation. Un soir à 20 h 30, complètement ivre, il s’est mis à klaxonner devant mon domicile. Je suis sorti. J’ai réussi à le calmer et nous avons pu discuter ! Son épouse ne m’a plus adressée la parole pendant 4 ans. Le 15 juillet, alors que je demandais à une vingtaine de jeunes de sortir du terrain multi-sports où ils n’avaient rien à faire, un des riverains est venu me menacer de mort, m’assénant qu’il allait, je cite, me défoncer la gueule. J’ai dû mon salut à son fils aîné qui s’est interposé au moment où il fermait le poing de son bras droit. Il a hurlé, alors que je retournais chez moi : « je te tuerai« . Ma femme a eu droit aux mêmes menaces. J’ai porté plainte auprès des gendarmes. La justice a classé sans suite. Il y avait là pourtant une vingtaine de témoins présents qui n’ont jamais été interrogés !

Champignonnière

J’évoquerais enfin toutes ces constructions sauvages sans permis, sans déclaration préalable, sans respecter la moindre règle d’urbanisme. A chaque fois, je vais voir les récalcitrants, leur demandant de venir en mairie régulariser. Je leur explique, à chaque fois, qu’ils auront toute la peine du monde à vendre leur bien s’ils ne se mettent pas en règle. En tant que maire, je ne suis pas en mesure légalement de produire un certificat de non contestation de travaux, lorsque l’habitation a fait l’objet de modifications sans être validées par des documents d’urbanisme.

Pesticides

Depuis le 1er janvier 2017, la bande enherbée du domaine public séparant la chaussée revêtue des limites des propriétés privées et des parcelles cultivées ne doit plus faire l’objet de traitements pesticides. Eh bien, les particuliers et les agriculteurs continuent de la traiter et de contribuer ainsi activement à la pollution des sols et de l’eau que nous buvons, en grande partie, issue du ruissellement.

Mauvais Signes

En ce jour, je pense à la famille de Jean-Mathieu Michel, ancien maire de Signes, tué à 76 ans dans l’exercice de sa fonction.

 

Denis Szalkowski, maire de Saint-Eloi-de-Fourques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *