Non à l'abaya, non à l'uniforme

Non à l’abaya, non à l’uniforme

Je hais les uniformes quels qu’ils soient, du costume-cravate chez les hommes à l’abaya chez les identitaires musulmans en passant par le tailleur chez les femmes. Plutôt que de me rassurer, l’uniforme du militaire me stresse et m’agresse à la fois. Les uniformes sont la négation de l’individu, de sa singularité, de sa liberté. En Iran et ailleurs, le voile – cet autre uniforme religieux – est un outil de violence sociale faite aux femmes. Les Iraniennes ne se battent pas contre un symbole : elles se battent pour leur liberté.

Pour éviter l’abaya, cette tenue traditionnelle venue d’Arabie saoudite, le gouvernement réfléchit au port de l’uniforme à l’école. Autrement dit, nous répondrions à une revendication identitaire venue d’ailleurs par une proposition de l’extrême-droite et les néo-libéraux fascisants de l’ultra-centre. Dans ce mimétisme d’une rare stupidité, quel sera le nouveau bouc émissaire ? Jamais, dans notre République, nous avons exigé des enfants qu’ils ne portent l’uniforme.

Infoutus que nous sommes de faire respecter à l’école et ailleurs les règles de la République, nous finassons. Non aux uniformes quels qu’ils soient, non à l’abaya. L’objectif pour le gouvernement est avant tout de faire un contre-feu pour ne pas avoir à rendre des comptes sur le désastre de sa politique en matière d’instruction publique. Ne soyons dupes de rien : Macron, Attal, Darmanin sont des opportunistes de la pire espèce. Leur objectif est de drainer à eux une partie de l’électorat de droite et d’extrême-droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *