Non au RN, oui au NFP

Non au RN, oui au NFP

Même si je pense que le RN n’incarne ni le nazisme, ni le fascisme, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un parti de droite légitimiste dont les valeurs sont aux antipodes de celle de la République, des miennes. J’ai évidemment mal à ma France quand je vois et j’entends toutes ces personnalités politiques de droite, allant de Luc Ferry à Alain Finkielkraut en passant par Serge et Arnaud Klarsfeld faire la retape pour la fille du borgne et ses affidés. J’ai évidemment mal à ma France quand je vois le vote de 47 à 52% des habitants de ma commune se porter sur le vote de ce mouvement. Je ne les accable pas pour autant, compte tenu de l’état d’abandon dans lequel se trouvent aujourd’hui les populations rurales de notre pays.

Non, LFI n’est pas un parti d’extrême-gauche. Non, être contre le sionisme messianique de Netanyahou qui massacre les Palestiniens aveuglément à Gaza n’est pas synonyme d’antisémitisme. En entendant Dominique de Villepin dire qu’il choisirait le NFP face au RN, je me suis dit que la droite française ne s’était pas complètement déshonorée. Les Cazeneuve, Valls, Guedj et compagnie sont en train de faire de la retape pour le vote Bardella, à l’insu de leur plein gré. Ces gens, de fait, ont quitté le champ de la gauche. Il faut qu’ils arrêtent de nous baratiner et de croire à leurs propres mensonges. Dans l’opposition frontale qui se dessine les 30 juin et 7 juillet, il faudra choisir son camp : le mien, c’est celui d’une gauche rassemblée autour du Nouveau Front Populaire et de Timour Veyri dans la 2e circonscription de l’Eure. Point à la ligne. Le vote blanc ne sert à rien en de telles circonstances.

En grattant un peu, les journalistes ont déniché deux candidats RN antisémites patentés qui continuent de vouloir casser du « youpin« , comme je l’ai encore entendu il y a quelques temps dans la bouche d’un électeur de ma commune. L’antisémitisme est loin de l’affaire exclusive des musulmans des banlieues qui votent pour la gauche.

Le bruit entretenu autour des propos supposés antisémites des Mélenchon and co est là pour cacher les propositions économiques et sociales des deux blocs. Sur ce sujet, les éditocrates ont là-aussi choisi le camp, celui de gens nés avec une cuillère en argent dans la bouche à l’image des héritiers du château de Montretout. Le RN ne rétablira pas l’ISF. Il exonérera de cotisations les entreprises pour en finir une fois pour toute avec la Sécurité Sociale. Ils sont là pour finir le sale boulot entamé dès 1983. La privatisation devrait s’étendre au secteur de l’éducation et de l’audiovisuel, dans le cadre d’une bataille des idées menée contre la gauche.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *