Parlons de nos merguez.

Parlons de nos merguez.

Rentrant de Mont-Saint-Aignan où j’encadre une formation préparant au titre AIS, je me suis arrêté au LIDL de Sotteville-lès-Rouen pour y faire quelques courses. J’y ai acheté deux paquets de merguez en date courte. La notice au dos de l’emballage indique 74% de viande et 25% de gras de mouton et de bœuf.

Au grand regret de ma défunte mère, je fais partie de l’école de Ceux-qui-piquent-les-merguez, afin de m’éviter un engorgement mortifère en gras et en sel. J’ai, ce soir, décidé d’entreprendre une œuvre de salut public en vous livrant enfin la recette de la cuisson à laquelle je m’astreins. Cela vaut bien évidemment pour les saucisses.

Piquez les merguez au couteau. Disposez-les au fond d’une poêle que vous aurez faite chauffer au préalable. Ajoutez un peu d’eau. Couvrez en cuisant à feu doux. Jetez le jus. Piquez à nouveau pour qu’un maximum de graisse et d’eau puissent s’extraire de ladite merguez. Répétez l’opération jusqu’à ce que le jus de cuisson disparaisse. Sortez les merguez de la poêle après les avoir passés dans l’essuie-tout pour vous débarrasser du reliquat de graisse les entourant.

Sur les 660 grammes achetés, j’ai pu disposer, au final, de 400 grammes de matière. Malgré une alimentation trop carnée selon les dires de ma femme, je n’ai pas ni cholestérol, ni hypertension.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *