Point G : j'ai enfin commencé une carrière de dictateur !

Point G : j’ai enfin commencé une carrière de dictateur !

Enfin, j’ai appris hier que j’avais entamé une carrière de dictateur. Je suis donc promu promis à un avenir radieux, quelque part entre Colombey-les-deux-Églises et Baden-Baden. Il me faudra encore attendre quelques années pour le réflexe d’avoir la main sur le cœur au moment de monter dans l’hélicoptère, étant peu sujet à m’envoyer en l’air facilement.

C’est au terme d’échanges contradictoires que mon interlocutrice a décidé de me qualifier de dictateur. Je ne m’y attendais pas. Pour autant, je n’ai ni barbe ni moustaches. Ce qui signifie immanquablement que ma filiation spirituelle irait plutôt du côté de Mao ou de Pol Pot, les yeux bridés en moins. La chirurgie esthétique peut faire d’innombrables miracles. Elle peut aussi faire des ravages et pas seulement auprès de mâles testostéronés, en pâmoison devant toutes ces blondes siliconées. La proximité idéologique avec Mussolini serait in fine plus probable, sachant qu’il fut même socialiste dans sa jeunesse. Toute comparaison avec un personnage tristement célèbre ne serait donc pas fortuite.

Il aura donc fallu quelques échanges pour atteindre sans trop de difficultés le point G. Je n’ai pas eu à forcer le talent. En la matière, je suis un surdoué. J’étais même à deux doigts de la porte… ouvrant vers ce fameux Reductio ad Hitlerum, auquel j’ai cru, un moment, avoir droit ! J’aurais donc joué de malchance.

2 replies on “ Point G : j’ai enfin commencé une carrière de dictateur ! ”
    1. @Didier

      Je n’ai pas encore cette prétention. Mais je sens que ça vient. En tout cas, si j’en crois mes opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *