Polluons sans entrave et avec pesticides.

Polluons sans entrave et avec pesticides.

Face aux agriculteurs de la FNSEA, les trissotins du pouvoir ont fait du « Polluons sans entrave » leur nouveau slogan de leur politique agricole, s’inscrivant en cela dans les pas d’Edgar Pisani. La grande modernité de ces jeunes est d’avoir les idées poussiéreuses de leurs grands-parents. Les barrages se sont donc levés, comme par enchantement, après que Arnaud Rousseau, le Président du groupe agro-industrie Avril Gestion et accessoirement de la FNSEA, a obtenu l’arrêt du plan Ecophyto II+, visant une division par 2 de l’emploi des pesticides. Le pire est que ce plan n’a jamais commencé, au point où la consommation de ces morticides  a augmenté de 14% entre entre la période 2009-2011 et la période 2018-2020. Nous sommes en train de crever de ce modèle agricole. Le CHU d’Amiens a mis en place une cellule pour les pathologies pédiatriques en rapport avec les pesticides.

Maladie de Parkinson, leucémie et myélome, cancer de la prostate  sont désormais reconnus en tant que maladies professionnelles chez les agriculteurs. Et que dire des riverains des champs de pommes de terre traités en moyenne 21 fois entre avril et octobre ? Où sont les études des autorités de santé sur cette question ? Un collègue maire d’une commune euroise de plus 2500 habitants me disait s’inquiéter récemment de l’explosion des cancers dans sa commune. Qu’en est-il du Neubourg et des communes du plateau du Roumois ? Entre 2017 et 2019, les communes de Pont-de-l’Arche et d’Igoville ont connu une recrudescence de cancers pédiatriques. Et même si les pesticides ne peuvent pas être tenus seuls responsables de la catastrophe sanitaire qui touche nos populations, ils ne peuvent pas en être totalement dédouanés. Il nous faut au plus vite des autorités de santé totalement indépendantes du pouvoir politique à la remorque des chambres d’agriculture dirigées par la FNSEA.

Si l’eau de pluie n’est plus potable, l’eau de nos nappes l’est de moins en moins. Les Préfets sous la pression des chambres d’agriculture et les syndicats d’eau dirigés par des agriculteurs en retraite – en lien et conflit d’intérêts – ne prennent aucune disposition pour empêcher de produire et polluer sans entrave. Nitrates, pesticides et métabolites arrivent directement dans l’eau du robinet. Ces quelques relevés vous aideront à comprendre le problème. Au titre de l’année 2022, l’ARS Normandie a indiqué 23% pour la conformité de l’eau provenant de la zone de distribution Pont-Authou ; 20% pour Ecardenville-la-Campagne.

Eau polluée aux pesticides à Pont-Authou Eau polluée aux pesticides à Ecardenville-la-Campagne

Un copain – merci Dimitri – m’a envoyé les relevés de l’année 2022 pour Fontaine-la-Soret. Itou sur les pesticides. C’est mieux sur les nitrates.

Eau polluée aux pesticides à Fontaine-la-Soret

Pour dépolluer nos nappes, il faudrait environ 522 milliards d’euros, selon le site economie.eaufrance.fr.

Il y a quelques mois, j’ai demandé à Inès Léraud de venir dans notre commune pour une projection du film de Pierre Jolivet adapté de la bande dessinée les Algues vertes, publiée en 2019. Nos combats se rejoignent. J’ai toujours dit, et mon ami Yann peut en témoigner, que le risque d’effondrement de nos sociétés viendra de notre rupture d’approvisionnement en eau potable. Le scandale sur les eaux en bouteille concernant les marques Contrex, Cristalline, Hépar, Perrier, Saint-Yorre, Vichy, Vittel est l’arbre qui cache la forêt. Je ne les consommais pas. Pour autant, je préfère boire une eau contenant des micro-plastiques à une eau chargée en pesticides et en nitrates.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *