Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?

Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

« Et je ne pense pas qu’à ma gueule, moi. » Comme à son habitude, la réponse de Nicolas fut cinglante. Reprenons.

Que me reproche-t-il au juste ? Très simplement, de ne pas être vacciné au jus de chaussettes ARNm. Nos niveaux d’information, sur le sujet, ne doivent pas être tout à fait les mêmes. Nicolas a dû loupé l’audition de Janine Small, présidente des marchés de développement international de la société Pfizer. Et notamment cette question du député européen Robert Roos : « Est-ce que l’efficacité du vaccin contre la Covid de Pfizer pour réduire la transmission a été testée avant sa mise en marché ? » Réponse de l’intéressée : « En ce qui concerne la question de savoir si nous étions au courant que le vaccin empêchait la transmission du virus avant son entrée en marché, non, répond Mme Small en souriant. Vous savez, nous devions aller à la vitesse de la science pour vraiment comprendre ce qui se passait dans le marché. »

Comment avons-nous pu croire aux sornettes des autorités sanitaires et des médecins de plateau nous expliquant que ce produit expérimental mis sous AMM conditionnelle empêchait la transmission en la réduisant par 12 ? Comment est-il possible que les médias aient corroboré un tel mensonge ? Même Delfraissy quittant la Présidence du Conseil scientifique a reconnu l’absence d’efficacité de cet infâme jus de chaussettes. Alors, Nicolas, tu vas donc m’expliquer pourquoi, en bonne santé, je devrais me vacciner avec un produit qui ne protège ni de la transmission, ni de l’infection ? Tu vas aussi m’expliquer, sur des bases scientifiques, comment peut-on contraindre des soignants, des pompiers à recevoir un « vaccin » qui n’empêche pas de transmettre le virus, alors que la vaccination contre la grippe – autrement plus efficace – n’est même pas obligatoire ? La seule raison à se faire vacciner serait donc de se protéger soi-même des formes graves pour les plus fragiles d’entre nous. C’est un choix individuel. Et, dans ton cas, vu ce que tu as subi comme problèmes de santé, je peux comprendre que tu aies peur, le masque t’apparaissant à juste titre la seule protection contre ce virus.  Pour rappel, le masque sert uniquement à éviter de contaminer les autres. Tout ça, tu le sais et ta mauvaise foi sur ce sujet comme sur tant d’autres est sans limite.

Donc, tu affirmes que je ne penserais qu’à ma gueule. Pour soi-disant protéger nos vieux et les plus fragiles, nous avons masqué nos enfants de maternelles et de primaires, confrontés aujourd’hui à des problèmes considérables de prononciation et de lecture. C’est bien d’effondrement dont il faut clairement parler aujourd’hui. Prends le temps de discuter avec les enseignants de CE1, CE2 pour mesurer à quel point des sales cons apeurés – ne pensant qu’à eux-mêmes – n’ont pas hésité un seul instant à sacrifier nos propres enfants, sur la base de contre-vérités. Qui sont les égoïstes ? Te souviens-tu des premières consignes du gouvernement, alors que nous manquions de masques y compris à l’hôpital public et dans les professions de santé, là où, justement, il fallait le porter ? Comment peux-tu accorder le moindre crédit à de tels guignols ?

Lors du 1er confinement, j’ai distribué une dizaine d’ordinateurs gratuitement, prenant sur mon temps professionnel, sur mon temps personnel, aux familles pour que les enfants puissent faire leur devoir à la maison. Nous avons distribué plusieurs milliers de copies de ces auto-attestations débiles que nous avons servilement remplies. J’en ai passé du temps à la photocopieuse et au massicot. Conscient de la dislocation du lien social, j’ai organisé de nombreuses activités sur la commune, en m’affranchissant à l’automne 2021 de 150 balles de tests. J’ai pris du temps pour la mise en place de notre médiathèque, qui est devenu un lieu d’échange et de rencontre. Et toi, pendant tout ce temps, en dehors de ta famille, qu’as-tu fait pour les autres ?

 

10 replies on “ Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? ”
  1. « je ne pense pas qu’à ma gueule ». Une déclaration qui aurait du sens si et si seulement si ce fût les non vaccinés qui auraient diffusé Omicron depuis l’Afrique du Sud. Hélas, c’est bien les vaccinés – et personne d’autres – qui, en voulant reprendre leur vie pseudo « normale » à eux, ont propagé le machin.

    Les non vaccinés ont préféré rester chez eux plutôt que de se soumettre à un QR code qui fleur bon le contrôle social, pas juste pour eux, mais pour leur descendance et la société en général. Les non vaccinés se soucient également de ce détournement massif d’argent public (c’est à dire pas juste leur pognon à eux), de plusieurs dizaines de milliards d’euros vers des entreprises essentiellement américaines, pour produire une potion à peu près aussi efficace pour enrayer la propagation qu’un bol d’homéopathie contre le cancer et complétement inutile pour les jeunes et vaguement recommandé pour les moins de 60 ans. Ursula, en matière de dilapidation d’argent public n’en est pas à son premier coup d’essai ; elle a fait merveille lors de son passage au ministère de la défense en Allemagne.

    Au final, la question n’est peut-être pas là. Je me demande si les non vaccinés ne représenteraient pas en fait un affront, une gifle d’Amish, face aux techno-idolâtres pour qui la technologie seraient la seule voix de salut possible : pour cacher la moisissure, il est inconcevable de refuser une énième couche de peinture anti-moisissure.

  2. Je vois de qui il s’agit, mais peu importe, les désactivés du ciboulot font partie de la période en cours
    les putes télés et des labos, diront un jour à la population qu’il faut se piquer à l’essence « pour ne pas penser qu’à sa gueule », ils iront..

    Tour d’horizon non exhaustif des analyses sorties en même temps que les merdes injectales..

    L e VIDAL le 20 décembre 2020 :
    les résultats présentés ne peuvent pas confirmer l’efficacité de ce vaccin contre les formes graves de COVID-19, ni contre les formes asymptomatiques, ni chez les personnes de plus de 75 ans.
    Les questions relatives à l’efficacité qui demeurent en suspens
    – la persistance de la protection obtenue dans le temps ;
    – l’efficacité parmi les populations vulnérables aux formes graves
    – l’efficacité contre les effets à long terme des infections acquises malgré le vaccin ;
    – l’efficacité sur la transmission du virus en cas de contamination d’une personne malgré le vaccin ; »
    – le futur de cette efficacité si la pandémie venait à évoluer (mutations de SARS-CoV-2 par exemple).

    Le Vidal, ce n’est pas une BD PIM PAM POUM bordel..

    Le 18 décembre 2020, le CCNE (comité consultatif d’éthique national) remet ça à la page 1 (C’est Delfraissy soi même qui est le président..)
    – « enfin, on ne sait pas si ces 1ers « vaccins » réduisent la transmission »
    Page 3 :
    « L’acceptation de réaliser un acte dont le bénéfice personnel n’est pas démontré dépend de la manière dont on comprend les conséquences de cet acte, non seulement pour soi mais aussi pour les autres »

    Ce n’est pas rien cette phrase…

    La HAS 23 décembre 2020

    Page 8 « en vue de l’absence de donnée à ce jour sur l’impact de la vax avec le BNT162b2 sur le risque de transmission du sarscov2, la HAS insiste sur la nécessité de maintenir l’ensemble des gestes barrières et des mesures de distanciation à ce stade

    Le 28 mars 2021 alors que ça pique à tout va, le ministère de la santé lui-même explique ( requète N° 450956) :
    « En quatrième lieu, même lorsqu’il a une efficacité sur les personnes concernées, en l’état des connaissances scientifiques, le vaccin ne les empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »
    Elle précise notamment pour le vaccin Pfizer-BioNTech , le vaccin AstraZeneca, le vaccin Janssen ou encore le vaccin Moderna que l’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu »

    Une épidémie qui est un problème de transmission de couillonacircus pour celui qui ne l’a pas compris, n’allait pas être résolu par un seringuage qui n’empêche pas la transmission , c’est autant boire une bière à la cerise pour avoir le même effet.
    C’est aussi con que ça.

    Des fumiers de voisin pseudo moralistes sont venu aussi me faire chier avec un truc identique « tu penses qu’à ta gueule » alors que seringué, il t’infecte peut être plus que toi, puceau du bras, , ne sont jamais revenu quand je leur ai filé les textes ci-dessus..
    Même mon toubib a fermé sa gueule quand je lui ai donné le document.
    Mais je précise que je pense que chacun peut jouer à la roulette russe avec sa vie « s’il ne pense qu’à sa gueule » étant entendu que ceux qui ont des gosses ont quand même quelque chose d’autre à penser ;.

    1. Quelles sont les conséquences de ces injections sur la transmission ? Ça, on le sait. Les campagnes de vaccination sont corrélés avec les pics épidémiques.

      Quelles sont leurs conséquences sur le long terme ? L’analyse des effets secondaires dont la liste est désormais reconnu ne me semble pas en faveur de la vaccination : thromboses pour AstraZeneca ; problèmes de menstruation, péricardites et myocardites pour les produits expérimentaux à base d’ARNm. Je n’ai toujours rien lu en terme d’effets secondaires côté des vaccins à virus inactivés chinois.

      1. Les vax chinetok ce n’est même pas le sujet, la question pour l’instant avec le covidcircus c’est est ce qu’une injection protège d’une infection télévisuelle ?
        Les gens ne le croient pas et pourtant j’ai de multiples tableaux d’analyse de l’activité hospitalière qui le montre

  3. Quant au masque, dès juin 2020, c’est à dire à la fin de la 1ere petite bosse au pic d’avril 2020 des infections respiratoires aigües alias « covid », l’OMS soi même, que le masque grand public ne servait à rien. A ce propos, dès le début des opérations de démantèlement social il existait un document de l’AFNOR, qui déterminait très précisément les normes de possibles masques qui pourraient protéger. C’est balaize et ça n’a rien à voir avec ce que la grande masse a porté pendant des jours complets…

    Le plus farce de l’histoire c’est que pendant que Santé Publique pourchassait les infections respiratoires aigües, la bande de larbins sanitaires et médicaux sortaient des « prises en charge de patient » en expliquant les actes à accomplir avec des personnes aptes aux réas
    Quand on lit le paramètre de saturation en CO2 d’un client pour les réas, on se rend compte qu’il est le même que pour une personne qui a porté une capote faciale pendant une journée complète

    Le foutage de gueule à raconter à destination de la population, entre 2020 et aujourd’hui prend aujourd’hui plus de 500 pages, rien qu’en citation de textes, des plateaux infectiologiques de santé publique, du gouvernement

    Document de masse sur demande. Je fournis..

    Alors il ne faut plus s’occuper des désactivés du ciboulot pour se concentrer sur nos gosses

    1. Ce que j’ai appris des personnels soignants rouennais, c’est que les médecins avaient consigne de ne pas administrer des antibiotiques aux malades du COVID. Sans oublier le rivotril pour les patients âgés atteints du COVID en EHPAD, transformés pour l’occasion en une vaste usine de soins palliatifs.

      Je pèse mes mots en disant qu’il y a quelque chose de criminel en envoyant chez eux les malades du COVID, sans les accompagner médicalement sauf à leur conseiller du doliprane (même pas de l’aspirine aux effets anti-inflammatoires connus en plus de ses effets anti-fébrifuges).

      1. Poses toi une question à ce niveau, et lis les textes et chiffres épiphare ou ameli sur les ventes de médocs sur la période de 2020

        La question est la suivante : pourquoi l’état s’est il mis à légiférer pour interdire tout soin alors que des toubibs disent avoir soigné le covidtélé avc des antihystaminiques ?

  4. Pour terminer le sujet « tu penses quà ta gueule » il faut se remémorer, quand on a suivi, que les injectés deux fois apparaissaient comme non injectés au bout d’un certain délai. (sisi…) dans les statistiques de la DREES

    ce qui fait qu’un seringué délirant qui te faisait la morale dans la rue, se retrouvait au même statut que le puceau du bras dont je fais partie avec la fierté qu’il sied à celui qui ne s’est pas fait couilloné

    Les gus qui ont inventé toutes les conneries du couillonacircus ont dû rire à gorge déployée…et ils continuent d’ailleurs sur le dos des pigeons. C’est beaucoup plus triste pour les violés qui voulaient donner à bouffer à leurs gosses.

  5.  » Te souviens-tu des premières consignes du gouvernement, alors que nous manquions de masques y compris à l’hôpital public et dans les professions de santé, là où, justement, il fallait le porter ? »

    Permets moi de te reprendre sur cette interrogation
    Il n’y a pas eu de manque de masque aux endroits où il eut fallu les avoir, en admettant que le couillonacircus aie été un « virus spécial ».. oui parce que fin avril 2020, si on relevait comme moi les chiffres, on savait que le pic était en train de baisser

    LE 16 mars 2020, le plan ORSAN REB étit déclenché. Il désigne 38 hôpitaux publics de 1ere ligne, habilités à recevoir les « covid possibles ». Ce sont les hôpitaux possédant SAMU 15, labo LSB3 et « infectiologue référent »
    183 hôpitaux de 2eme ligne font le tri des IRA et si « covid possible », l’envoie vers un 1ere ligne où il est isolé…
    etc..

    C’est à dire en clair, que 10 % des hôpitaux ont été mobilisé à la 1ere vague. Après traitement des chiffres du « covid » provenant de l’ATIH, on observe par exemple, qu’en avril 2020, 38% des « covid » ont été codés en Ils de France…

    Les 4 régions :
    ILe de France – Grand ESt – Auvergne Rhône Alpes – Hauts de France, ont codé 78% des « covid » en avril 2020..

    Quand tu observes ça sur la base d’une agence gouvernementale, on en déduit que les masques non grand public, ne pouvaient pas manqué là où ils étaient utiles.

    Puisque tout le monde était en taule, il était impossible de vérifier quoi que ce soit, d’autant moins que même dans les hôpitaux concernés, les soignants non habilités en interne ne pouvaient acceder aux lieux définis pour les isolements de « covid possible ». Le code CIM10 « Z290 Isolement » n’a jamais été utilisé de manière aussi gigantesque dans l’histoire des codages hospitaliers (depuis 2012)…

    Qu’est ce qui reste ?
    Une technique de « marketing de la rareté pour susciter le désir » des piquouzes qui allaient arriver en accéléré… C’est la technique déployée pour le dernier smartphone ou le nutella à moins 70%.. Tu créee une pénurie, fut elle artificielle pour donner envie aux gens de se précipiter

    JE signale aussi qu’en 2020 le virus de la grippe a été flingué en mars 2020 par le couillonacircus, et pourtant les piquouzes de grippe étaient sur le marché en octobre 2020

    « tu penses quà ta gueule » se sont fait tristement baisés. comme ils ne le reconnaitront jamais même si on cite les sources officielles du gouvernement.
    La farce de l’histoire si un jour les « Delfraissy » et autres responsables d’agences sanitaires officielles devaient être poursuivi, c’est qu’ils pourraient fournir leurs écrits aux juges pour montrer à juste titre que leurs fameux textes contenaient des mises en garde permanentes à mot couvert ou même dévoilés (reprendre mes citations au dessus). Il suffit de lire les rapports du moment pour s’en rendre compte. J’en arrive même à penser que des fonctionnaires ont essayé de prévenir les lecteurs éventuels qu’il y avait des choses très nettes qui clochaient. Mais comme quasi personne ne lit…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *