Quelque chose en nous ne tourne pas rond !

Quelque chose en nous ne tourne pas rond !

Il y a quelques années, j’avais lu « L’institution imaginaire de la société » cet extraordinaire ouvrage de Cornelius Castoriadis, dans lequel il expliquait, en creux, à quel point l’imaginaire capitaliste, par l’hétéronomie qu’il impose, broyait notre autonomie.

Par peur sans doute, plus certainement par goût de toute cette « luxure » qui s’étale devant nos yeux ébahis, l’incompétence et le principe de Peter se sont érigés en principe de gouvernement de nos sociétés. Nous avons choisi le financier et le youtubeur riches à millions face à l’instituteur, l’infirmière et à l’artiste-peintre que nous peinons à rémunérer. Mus par des réflexes défensifs, les dirigeants font le choix de la bêtise la plus crasse pour pouvoir rester en place. Votre absence d’imagination, de créativité fera de vous l’être suprême. Contentez-vous simplement de respecter l’ordre établi, les ordres du chef, le politiquement correct, les normes ISO, les prescriptions sanitaires sans sourciller et sans broncher. Vous verrez alors votre parole écoutée, surtout quand vous avez ce don de parler pour ne rien dire. Ce qui a changé, c’est notre capacité à choisir les pires d’entre nous, ceux qui ne feront pas de vague, ceux qui se fondront dans le moule. Ne faites pas trop de bruit et restez bien dans la norme, si vous avez cet espoir secret et universel, un jour, d’être khalife à la place du khalife.

Plus que jamais, nous avons besoin d’imagination, de créativité, de culture pour construire un nouvel imaginaire social aux antipodes du nouvel ordre militaro-sanitaire et du pan-médicalisme dans lesquels glisse tout doucement – mais sûrement – toute la société. Au risque de passer pour des benêts, face à la désintégration du corps social et l’incompréhension goguenarde de ceux qui s’enrichissent en dormant, nous avons, dans nos vies personnelles, à remettre en avant le bénévolat et le soin, le don et la bienveillance, les valeurs de partage et d’entre-aide, sans rien en attendre quoi que ce soit en retour. Bref, nous devons de toute urgence réapprendre à avoir le goût des autres, si nous ne voulons pas que le goût de nous-mêmes, l’hybris finissent par imposer leur logique mortifère définitivement.

5 replies on “ Quelque chose en nous ne tourne pas rond ! ”
  1. Ceux qui se fondront dans le moule (du verbe fondre) et non qui se fonderont (du verbe fonder). À moins qu’une subtilité m’ait échappé !

    (Pas besoin de valider ce commentaire, hein ! Sauf si vous avez envie de vous mortifier un peu…)

    1. @didier

      Merci. C’est corrigé. Le souci est que j’écris un 1er jet truffé de fautes que je corrige par la suite. Un jour, peut-être, quand je serais grand, j’envisagerais l’inverse.

      1. « … quand je serai(pas de t) grand, j’envisagerai(là non plus) l’inverse. »
        Comme ça ce serait (là oui un t) mieux. Pas grave, ça arrive à tout le monde 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *