Régime protidique et fin du monde

Régime protidique et fin du monde

Je suis allé voir mon père au 14 juillet. Et comme d’habitude, nous avons été particulièrement bien accueilli. Papa va prendre 81 ans. Et je voulais vous parler de son régime alimentaire.

Pas de légumes. Pas de fruits. Côté sucres lents, des pâtes et des pommes de terre. Sinon, des huîtres, du poisson, de la viande, des escargots, des cuisses de grenouilles, du fromage et des champignons que nous allons cueillir dans les bois. Sans sel ajouté. Côté sucres rapides. Pas de gâteaux. Café sans sucre. Que du vin, un peu de rhume arrangé et de l’eau gazeuse en dehors des repas.

A 7 milliards d’individus sur terre, alors que la production de viande animale mobilise plus de 60% des terres cultivées, on imagine assez bien que ce type de régime alimentaire protidique, s’il venait à se généraliser, serait une véritable catastrophe et nous finirions par crever de faim dans de très nombreuses parties du monde. Sans parler de la pollution aux nitrates qui finirait par nous priver d’eau, même pour fabriquer de la bière !

Mais, sur le plan sanitaire, faire le choix de s’alimenter dans le haut de la chaîne nous éloigne des pesticides, des insecticides, des herbicides et des fongicides, à la condition exclusive de se mettre à boire du vin bio. Je me souviens d’Arlette, végétarienne, qui était décédée des suites d’un cancer de l’intestin et du pancréas. Sans doute l’exception qui confirme la règle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *