Schiappa : le lâchage avant le lynchage

Schiappa : le lâchage avant le lynchage

Je ne peux pas croire que Marlène Schiappa n’ait pas agi sans ordre, alors qu’elle était ministre déléguée chargée de la citoyenneté. A quelques encablures d’échéances électorales déterminantes, la macronie cherchait à s’emparer de tous les sujets possibles. Et la ministre déléguée, quelques jours après le terrible assassinat de Samuel Paty, annonce la création d’une unité de prévention de la radicalisation. Le fonds Marianne abondé à hauteur de 2.5 millions d’euros sera lancé en avril 2021. En valets serviles du pouvoir, les fact-checkers de Conspiracy Watch, l’ISD et surtout l’association Reconstruire le commun en pause depuis 2022 ont reçu de l’argent public sans que nous ne soyons, deux années plus tard, en capacité de mesurer l’efficacité des actions financées.

Ce qui m’étonne dans cette affaire, c’est le silence de l’Élysée, de Matignon et de Darmanin, plus prompts à réagir sur les photos dans PlayBoy de l’actuelle secrétaire d’État à l’économie sociale et solidaire et à la vie associative. J’ai un peu de mal à croire qu’elle ait pu publier dans ce magazine sans l’aval de son ministre de tutelle ou de la 1ère ministre. J’ai personnellement beaucoup de sympathie pour les combats de Marlène Schiappa, notamment sur le voile et la laïcité. Sur ces questions, je la crois même sincère. En laissant la secrétaire d’État décider officiellement de l’attribution des fonds sous instruction de ses bons maîtres, elle s’est tout simplement faite piéger.

Le hasard a fait que Médiapart s’est procuré fortuitement (???) le compte-rendu d’une réunion du 15 décembre 2022 où la ministre a choisi l’une de ses proches au poste de secrétaire générale du Haut conseil à la vie associative. Mauvaise pioche. C’est le genre d’informations qui n’arrivent pas complètement par hasard dans les poches de journaleux. Il y a la volonté de flinguer politiquement la ministre. Tout cela devrait se terminer devant la Cour de justice de la République. Pour Marlène, ça sent le sapin !

1 replies on “ Schiappa : le lâchage avant le lynchage ”
  1. Ce fonds était de toute façon un coup de com ; une spécialité des politiques modernes. Comment diable peut-on sérieusement imaginer qu’il suffit de sortir le chéquier pour « promouvoir les valeurs républicaines » alors même que ceux qui signent le chèque n’ont plus de valeurs ?

    Cette république ressemble à la tour de Pise et on fait venir des peintres en bâtiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *