Le sentiment d'abandon, de délaissement et de déclassement

Le sentiment d’abandon, de délaissement et de déclassement

Malgré mes efforts pour rendre notre village vivant et attractif, le RN a fait 174 voix dimanche, soit 63% des voix. A Aclou et à Neuville-sur-Athou, il a fait respectivement 73% et 72 % des voix. Qu’avons-nous loupé, mes collègues et moi ?

Depuis 2018, j’essaie en vain d’animer le village de Saint-Eloi-de-Fourques. L’association Tic-Tac a décidé de plier les gaules. A plus de 600 adhérents avant le sinistre épisode du COVID, elle comptabilise aujourd’hui 68 adhérents. En Herbe Citoyen que nous avons créée en 2020 est aujourd’hui moribonde. Le comité des fêtes n’est plus que l’ombre de lui-même. A chaque fois que nous organisons un événement, nous comptabilisons un nombre infime d’habitants de la commune. Au point où je commence à me résigner et à baisser les bras !

Il n’y aura bientôt plus grande action culturelle dans nos villages. L’Interco de Bernay monopolise une grande partie de ses moyens sur de la musique électro de merde à l’occasion du festival Magnetik ou encore sur un événement consacré au jeu vidéo, faisant la courte échelle à une addiction qui brise le vivre-ensemble. Tout est fait pour alimenter le vote RN dans nos campagnes abandonnées et délaissées.

Nos communes sont devenues des déserts culturels, où les électeurs font le choix de mettre comme députée la plus nulle d’entre nous. A l’image de toute cette société recroquevillée sur elle-même, sans aucun goût pour l’intérêt général et les communs.

Pour quoi rester Maire aujourd’hui devant le mur d’indifférence des services de l’État ? J’ai récemment eu un problème sévère avec de nouveaux propriétaires qui avaient l’intention de faire des 1627 m2 de zone enherbée un lieu de stockage de caravanes. J’ai alerté tous les services. La seule réponse que j’ai obtenue est celle de l’OFB, refilant la patate chaude à leurs collègues de la DDTM. Depuis, plus de son, plus d’image. Et je suis loin d’être tiré d’affaire.

Pour la 1ère fois depuis 2014, date à laquelle je suis entré en fonction, l’Interco a décidé de fermer le centre de loisirs du 5 au 23 août, pendant que nous votions un séjour à Toulouse de deux jours pour le président et deux vice-présidents de l’Interco. L’objectif était de rencontrer les fournisseurs de l’aéroport de Toulouse afin de leur démontrer toute l’attractivité de celui de Bernay. A défaut de s’occuper de notre territoire, ces petits seigneurs – saigneurs ??? – locaux ont la folie des grandeurs. J’ai été le seul élu à voter contre ce déplacement, proposant d’établir ces discussions par visioconférence.

Les classes moyennes qui viennent habiter dans nos campagnes ont été chassées des villes par les incivilités, les actes de délinquance, l’insécurité. Nous mettons des mois, désormais, à obtenir un rendez-vous médical dans ces centres villes. Le non-choix de s’installer à la campagne, avec l’explosion du coût de l’énergie et des carburants, engendre une importante perte de pouvoir d’achat pour des populations qui travaillent dur. Il n’y a plus aucune limite à l’ascension du RN dans nos communes rurales. J’ai la sensation parfois d’avoir à peu près tout foiré.

Dimanche soir, mon sentiment était contrasté, pris entre la joie de voir la gauche arriver en tête et une grande tristesse à voir le RN atteindre de nouveaux sommets dans nos communes rurales du canton de Brionne. J’ai hâte de partir en vacances une petite semaine pour ne plus penser à rien d’autre que ces paysages d’Ardèche et de Lozère que nous allons parcourir ensemble mon fils et moi.

2 replies on “ Le sentiment d’abandon, de délaissement et de déclassement ”
  1. Aucun comité des fêtes ou autres associations ne peuvent rivaliser BFMTV et la faitdiversation de l’actualité. Ajoutons, ainsi que vous le soulignez, la destruction du service public où quand il en reste encore une miette, les citoyens ne le perçoivent dorénavant que vaguement par écran et algo interposé.

    Quant aux incivilités, les campagnards de souche n’ont rien à envier aux jeunes des banlieues ; le Gaulois étant lui aussi un maître en la matière avec la fâcheuse tendance à se trouver mille excuses.

    1. @Cyrille

      Pas faux sur les incivilités mimétiques des ruraux qui oublient les horaires de tonte et leurs voisins quand ils reçoivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *