Silence et légitimisme

Silence et légitimisme

Cette crise sanitaire nous montre à quel point nous nous sommes arrêtés de penser. Je lisais, chez Didier, ce court billet au sujet du béni-oui-ouisme d’une jeunesse à notre image. Comment un pays de diplômés peut-il sombrer collectivement dans la crétinerie de la surenchère sanitaire ? Relativisons tout de même sur le haut niveau de culture atteint par la société française. Toutes les études montrent que nos jeunes ont quelques soucis quand il s’agit d’écrire et de compter. Le virage se serait amorcé à la fin des années 80 et s’est développé tout au long des 30 dernières années. Avec Google, les traducteurs et les assistants vocaux, le cerveau humain est passé en mode « réalité » augmentée, manipulé par les algorithmes de transhumanistes croyant encore à l’ineptie du mythe prométhéen. Pour autant, comment est-il possible de penser si vous avez du mal à écrire et à compter ?

Ce qui m’épate encore plus, c’est ce légitimisme et cette beaufitude de bon aloi qui se sont emparés de nos intellectuels et de nos hommes politiques. J’écoutais l’autre fois Pierre Arditi – un homme de gauche, paraît-il – nous expliquer que cela ne devait pas être facile de prendre des décisions dans le contexte de cette crise sanitaire. Silence radio du côté de Régis Debray, Emmanuel Todd, de Médiapart, de François Ruffin, des socialistes français, des écologistes. J’ai quand même un peu de mal à comprendre comment Bernard Henri-Lévy est devenu le seul réel opposant à Emmanuel Macron. J’en suis même réduit à m’informer sur CNews. Quel naufrage !

Et c’est là où commence mon inquiétude. Car, lorsque j’entends Zémour, je me dis que cette pensée légitimiste est raccord avec le moment que nous vivons. Ce besoin d’ordre et d’autorité, ce besoin de sécurité, ce besoin d’identité dans un monde en perte de sens ne me disent vraiment rien qui vaille. J’entendais même un représentant du RN dénoncer Hold-Up, vous savez, ce documentaire pseudo-journalistique et bidonné, constitué d’extraits totalement sortis de leur contexte. Cet été, en toute discrétion, les délégations interministérielles départementales sont passées sous le giron du ministère de l’Intérieur et sous l’autorité directe des Préfets. Nous sommes bien dans un grand mouvement de mise au pas de la société. Et je suis atterré de voir que les pages Facebook des communes voisines sont devenues le relais servile de la parole gouvernementale. Des chiens-chiens à sa mémère ! Bâillonner la culture, les libraires, le cinéma, le théâtre et nos associations, est-cela cette nouvelle société voulue par une poignée des crétins diplômés ?

Heureusement, dans ce nouveau paysage d’un ordre sanitaire et sécuritaire, nous avons encore des hommes libres. Je pense à André Comte-Sponville, à Philippe Douste-Blazy et surtout à Didier Raoult, les seuls à nous expliquer pourquoi nous en sommes arrivés là. Un pays de vieux de plus en plus vieux qui ont peur de perdre quelques mois d’espérance de vie, en sacrifiant nos libertés, notre santé mentale, notre économie et notre jeunesse ! Un pays de corruption. Un pays effrayant.

NB A lire l’excellent texte de Denis Collin sur le nouvel ordre sécuritaire !

6 replies on “ Silence et légitimisme ”
  1. Je suis un peu plus avancé que vous dans mon inquiétude, quand je regarde les évolutions liberticides, pour ne pas dire totalitaires de cette incroyable arnaque sanitaire.

    Chaque jour sortent des informations qui démontrent la catastrophe de la 1ere réclusion, dégâts auxquels il va falloir ajouter les conséquences de cette 2eme mise en cabane.. (dégâts psychiatriques, faillites, chômage, détresse des enfants observée par de nombreux toubibs), rien n’y fait pour allumer la lumière dans les ciboulots des terrorisés.
    Je lisais une réponse de Mr Goux « Mais je ne suis pas du tout de mauvais poil, moi ! Au contraire, je suis même hilare : mon mauvais fond… »
    Je reconnais qu’il aurait presque raison finalement, c’est tout à fait ridicule si on regarde toutes les décisions prises, un jour le virus vole haut, le lendemain il n’apparait qu’à 21 h, on ne fréquente pas les trains, il a peur des fenêtres ouvertes, il a horreur des livres, n’aime pas la musique,
    Compliqué ce con là, faut le suivre..

    Comme les coronas débarquent régulièrement, on va se retrouver en taule chaque printemps et chaque automne sous les applaudissements.

  2. je lisais dans le décret préfectoral que le port du masque obligatoire en extérieur dans certaines villes de mon département est « une mesure juste et proportionnée ». Cela pourrait être comique venant d’un humoriste ou d’un dérangé.

    Mais posons-nous la question suivante : à partir de maintenant, qu’est ce qui sera pour un préfet une mesure « injuste et disproportionnée » ?

    1. @hyhfrdfr

      Vous confondez Raoult avec Michel Cimez.

      Alors, en effet, le 1er virus a disparu. Celui qui sévit aujourd’hui est le mutant 4. Et il est un fait que, cet été, l’épidémie, comme vous avez pu le constater, s’est quelque peu arrêtée. 85% des personnes étant décédées avec la COVID – et pas forcément de la COVID – seraient mortes dans l’année. Quant au modification de l’espérance de vie, elle est inexistante dans la dernière étude du docteur Toussaint. D’après l’analyse par les pompiers des eaux usées, le pic épidémique date du 17 octobre, bien avant le confinement.

      Raoult n’a donc pas dit que des bêtises, hein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *