Toujours bloqué !

Toujours bloqué !

Je vis une véritable galère, celle d’un petit maire face aux ordonnances, réglementations, agences et autres marchands. Ma clé RGS Certeurope est venue à expiration fin janvier. J’ai découvert au moment de la demande de renouvellement qu’il me fallait une pièce d’identité en cours de validité, en plus du PV de mon élection. J’ai, dans un 1er temps, alerté la Préfecture, le député Philippe Brun de cette curieuse procédure, alors que nous nous contentons d’un document périmé pour un mariage. Je n’ai aucune réponse ni du Préfet, ni du député. Et je vous avoue mon ras-le-bol !

Il a donc fallu que je fasse ma demande de renouvellement de carte. Il s’est écoulé plus de 3 semaines avant de pouvoir transmettre à Certeurope une copie par mail de la pièce d’identité. J’ai reçu ma clé ce matin et je dois attendre encore d’avoir un technicien de la société AGEDI au téléphone pour la mise à jour des données associées à la clé dans leur logiciel. J’ai passé ce matin 40 minutes au téléphone et 20 minutes cette après-midi en vain. Je ne peux toujours pas passer les flux des opérations comptables et de la paye qui s’amoncellent dans le logiciel AGEDI. Idem pour les délibérations en Préfecture. Cela fait plus de deux mois que la commune de Saint-Eloi-de-Fourques est bloquée… à cause d’une clé RGS. Trouvez-vous ça normal ?

Je vous avoue avoir un peu de mal à comprendre comment nous pouvons en arriver là collectivement. 260 euros TTC à débourser tous les 3 ans pour toutes les communes de France, contraints par la directive européenne 1999/93/CE, l’ordonnance n° 2005-1516 du 8 décembre 2005, le règlement européen eIDAS n° 910/2014 du 23 juillet 2014, le décret n° 2022-513 du 8 avril 2022. Or la directive 1999/93/CE n’a fait l’objet d’aucune transcription, dans le droit français par le vote d’une loi, comme a pu le montrer le député Christian Philip en 2004. Elle est belle la République dans notre pays…

Je ne comprends pas que nous ne disposions d’aucune autre alternative que le recours à des marchands. Pourquoi ne pas utiliser les clés SSH générées par les services de l’État comme l’ANSSI pour envoyer nos flux vers les serveurs de la DGFIP et de la Préfecture, sachant que les applications sont là pour contrôler leur nature et leur contenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *