Tout ce mépris de classe dégoulinant !

Tout ce mépris de classe dégoulinant !

J’ai, ce matin, décidé de couper la radio quand j’ai entendu toute cette condescendance dégoulinante vite transformée en mépris de classe  dans la bouche de tous ces commentateurs et prétendus journalistes.

« Mais, comprenez-les. Ils sont loin de tout, ces rats des champs qui votent Marine Le Pen. Plus de services publics. Des déserts médicaux. Regardez leurs écoles. Et puis, la hausse des prix et des carburants. Pas de transport en commun. Ils roulent au diesel qui est devenu plus cher que l’essence. Les cons. Ils n’ont rien compris au sens de l’histoire. Cela nous oblige pour les 5 années qui viennent. »

Quelques minutes plus tard, après s’être lamentés sur le triste sort de tous ces ploucs, ces loosers de la mondialisation…

« Beaucoup d’entre eux sont racistes. Et puis, parce qu’ils ont voté Marine Le Pen, ces gens sont d’extrême-droite. Des populistes, des complotistes, des pétainistes, des fachos, quoi. »

Quand ce type de propos viennent de gens supposés être à gauche (je préfère parler de sociaux-libéraux à la Tony Blair ou à la Gerhard Schröder ou à la DSK), vous avez juste envie de leur mettre une belle paire de baffes, en leur expliquant qu’ils ont quitté le champ de la gauche politique depuis bien longtemps. Assumez, les gars, que vous avez basculé définitivement dans le camp « bourgeois ».

Croyez-vous un seul instant qu’il puisse y avoir 58% de racistes et de fascistes dans mon village de Saint-Eloi-de-Fourques ? Hier soir, j’étais avec le maire de Brionne qui parlait d’histoire  et de nazisme devant la presse locale. Sortir Hitler de son cercueil est-il particulièrement adapté à l’époque et à la situation ? Après les ukronazis, nous faudra-t-il  bientôt évoquer les franconazis des campagnes euroises et d’ailleurs ? Cela fait 5 ans que Macron – dans les pas de Sarkozy et de Hollande – mène une guerre totale contre notre modèle social, contre les Français et contre la France. Plutôt que de croire aux vertus de l’institution en se réfugiant derrière les bureaux de leurs collectivité, les militants et les élus de la gauche politique de ce pays devraient retourner au près, dans les associations culturelles et sportives, et reprendre le chemin de la bataille des idées avant de pouvoir espérer l’emporter dans les urnes.

Quels sont les projets de la gauche en matière d’énergie, d’éducation, de culture, d’alimentation et de santé ? DTC ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.