Twitter chez Elon Musk : une bonne chose contre la censure.

Twitter chez Elon Musk : une bonne chose contre la censure.

A l’occasion de la mise en œuvre du passe sanitaire suivi du passe vaccinal, de très nombreux personnels de santé vaccino-sceptiques ont vu leur compte censuré sur Twitter.

Elon Musk est un homme d’affaires proches des milieux républicains, une sorte de libertarien « écolo ». Il fut même un temps conseiller auprès de Donald Trump de 2016 à 2017, jusqu’à ce que le Président républicain décide de quitter l’accord de Paris. Le PDG de Tesla, de SpaceX et maintenant de Twitter s’est toujours opposé aux injections expérimentales à base d’ARNm en population générale.

En rachetant Twitter, l’objectif est de faire circuler la libre parole dont le réseau social s’est privé durant plusieurs mois. Le camp du bien s’est immédiatement courroucé de cette opération, indiquant un risque de nous exposer aux fake news, aux théories du complot et au harcèlement en ligne. Faire peur est devenu l’outil privilégié des dominants. Ce rachat a lieu, alors que la commission européenne sous l’impulsion de Ursula von der Leyen et de Thierry Breton a fait adopter une directive dite de régulation numérique qui s’imposera en 2023 partout dans l’UE. L’objectif serait de mettre au pas les GAFAM en faisant en sorte que les règles de droit soient les mêmes sur le Net que dans la vraie vie.

Compte tenu des lois américaines, je ne vois pas comment l’UE aurait les moyens de contraindre Twitter à faire respecter un cadre législatif et juridique qui n’est pas le sien. Rappelons que l’Europe est une des rares parties du monde à rester sous influence américaine. Comment une colonie aussi passive pourrait-elle aller à l’encontre des intérêts de son « protecteur » ?

 

1 reply on “ Twitter chez Elon Musk : une bonne chose contre la censure. ”
  1. Le coronavirus sauvage que nous produisons et refilons à nos voisins n’est guère qu’une petite machine à nous injecter tout son ARNm dans les cellules et c’est vrai que cet ARN total fait des dégats quand ça tourne au Covid long chez certains. Même si l’ARN vaccinal est plus restreint, les autorités sanitaires auraient dû réserver le risque vaccinal potentiel au public susceptible d’en tirer un bénéfice, comme on le fait pour la vaccination contre la grippe, qui n’est pas recommandée en population saine avant 60 ans. Elle est d’ailleurs inutile pour les seniors bien portants qui vont au bal hebdomadaire où dans le métro (exemples de lieux riches en aérosols viraux) car ils font des formes asymptomatiques grâce à leur vaste mémoire immunitaire, qu’ils ravivent régulièrement. Avec la 4ème dose, on s’enfonce dans la gesticulation du « quoi qu’il en coûte » à la CPAM et manifestement, ça paye aux élections !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.