Une autre gestion de la crise sanitaire !

Une autre gestion de la crise sanitaire !

Mon arrêté obligeant à centraliser vers la Mairie les informations en cas de COVID-19 à l’école a été suspendu à l’issue de mon audience devant le juge des référés du Tribunal administratif de Rouen le lundi 8 mars à la demande de la Préfecture de l’Eure. Et, pourtant, belote et rebelote : une maman, la semaine dernière, a remis ses enfants à l’école de Bosrobert et de Saint-Eloi sans que personne – à part la directrice de Bosrobert – n’ait réellement fait les comptes. Le nouveau protocole exige que les cas contacts reviennent seulement au bout de 17 jours. Positif le 1er mars, l’un des enfants pouvait revenir à l’école dès le 11 mars. Pour eux, c’est 10 jours seulement. Pour ces frères et sœurs, il fallait attendre le 18 avec test PCR à l’appui. Mon arrêté avait donc tout son sens et le protocole sanitaire appliqué par les directeurs et directrices des écoles primaire et maternelle n’empêche pas les trous dans la raquette. Jamais, dans cette crise, l’État et des Préfets aux ordres n’ont fait confiance aux élus locaux.

Cet épisode illustre une fois de plus la réalité de l’élite d’un pays totalement inadaptée dans ses pratiques culturelles face à une crise sanitaire de ce type. Et notre chance est qu’il ne s’agit là que d’un coronavirus. Notre pays soufre de sa verticalité, de la gestion jupitérienne, colbertiste et jacobine de cette crise. En bloquant la prescription de vitamine D, de zinc, d’hydroxychloroquine et d’azithromycine ou encore d’ivermectine, l’ANSM a, de fait, empêché l’utilisation précoce de traitements par les médecins de ville. Et j’y vois là l’une des principales raisons de l’engorgement des services de réanimation. Récemment, elle a même interdit un spray nasal à base d’eau ionisée qui, en éprouvette, parvenait à éliminer 90% de la charge virale. C’est tout l’inverse qu’il fallait faire. Et je reste persuadé que beaucoup de gens sont morts pour rien, comme ce Monsieur que j’avais rencontré à l’automne à Brionne, resté sans traitement au bout de 10 jours. Le médecin lui avait recommandé de rester au chaud, en attendant le test PCR intervenu 10 jours après les 1ers symptômes. Il n’aura pas survécu.

La vaccination n’empêche pas d’attraper le COVID-19, de la transmettre et d’en mourir. Nous ne savons toujours pas dire si la baisse observée en Israël ou au Royaume-Uni est le fait de mesures de confinement drastiques levées il y a plus d’un mois ou le fait des résultats de la vaccination. J’espère évidemment que ce soit là l’un des effets de la vaccination ! Quant à dire qu’il soit durable, restons prudents ! Le coordinateur de la lutte contre le coronavirus en Israël, le professeur Nachman Ash, parle de maintenir le port du masque dans l’espace public jusqu’à l’été.

1 reply on “ Une autre gestion de la crise sanitaire ! ”
  1. La gestion de la crise a été désastreuse. Les moyens préventifs dont tu parles (vitamine D, zinc) et certainement d’autres n’ont pas été suffisamment mis en avant. Quant à la vaccination, elle ne rendra pas les gens libres comme ils le souhaitent; si j’en crois les médias, les vaccinés devront continuer à porter le masque, ils seront également susceptibles de transmettre le virus à autrui.

Répondre à Philippe HACHET Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *