Une crève ?

Une crève ?

J’ai lu, sur la page Facebook, le coup de colère de mon camarade Seb Musset contre toutes ces personnes, qui, à mon image, parlent de leur COVID. Cher Seb, mon ambition est d’expliquer deux choses. La 1ère est qu’il s’agit d’une crève… dans la forme. La 2e est de ne pas minorer cette maladie qui, en fait, n’est pas une crève. Quand j’ai vu les taux de mortalité du printemps 2020 de l’AP-HP 4 fois plus importante que celle observée à Marseille, j’ai bien compris qu’on avait laissé crever les gens par hybris et par incompétence. Cela fait près de deux ans que je m’informe sur les traitements. Et le paracétamol ne suffit pas : il ne soigne pas. Revenons maintenant, une fois cette mise au point  effectuée, à ma journée d’hier.

Ma nuit fut hachée. Endormi à 21 h 00 à peine, réveillé à 2 h 30. Rendormi à 5 h 00 pour me réveiller en bonne forme vers 8 h 00. Plus de mal de tête, plus d’écoulement et une faible toux. Hier fut une journée étrange. Le matin, sans aucun problème. J’ai appelé Rémy pour lui souhaiter son anniversaire. Mais ce n’était pas son anniversaire. Il en aura bien rigolé. Après avoir déjeuné, j’ai regardé Macron au Parlement européen. Je me suis très vite endormi. Réveillé par l’ami Bernard en pleine sieste, j’ai eu un plus de mal l’après-midi. Écoulements de nez importants, douleurs thoraciques dues aux quintes de toux répétées. Sur les conseils de Yann, de Pascale et de Claire, j’ai commandé un oxymètre. Je tiens à préciser que je n’ai aucun problème respiratoire, la maladie se concentrant dans la zone naso-pharyngée.

J’ai reçu, hier, de gentils messages soit par Facebook, soit par SMS, soit par téléphone. Je vous en remercie. Et puis, il y a aussi tout ce silence de tous ces « amis » normopathes qui, par vos prises de position contre ces injections expérimentales, ne se sont pas donné la peine de prendre de vos nouvelles. J’ai toujours exprimé de l’empathie vis à vis de ces covidés désormais tous vaccinés qui nous ont expliqué qu’ils avaient tous failli mourir. Derrière le cache-misère d’une rhétorique altruiste pour protéger Pépé et Mémé, c’est la peur qui les aura conduits à se faire vacciner. Sachez que je suis particulièrement fier de faire partie de ces 3,7 millions de Français qui ont refusé d’être des cobayes d’une grande expérimentation sanitaire et politique ! Les traitements préventifs existent. Il faudra, un jour, que tous ces médecins pour ne pas les avoir prescrits, tous ces hommes politiques pour les avoir interdits rendent des comptes aux familles des personnes mortes par faute de traitements et de soin.

1 reply on “ Une crève ? ”
  1. au 13 janvier il y a environ 47 millions de piqué sur 65 millions de population..soit 72 %
    chiffres data.gouv.;

    ce qui fait donc 18 millions de puceaux du bras.. ce n’est pas pareil.
    pour le reste rien à redire..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.