Une finale nullissime

Une finale nullissime

J’avais prédit une finale Nadal – Ruud. Je ne pensais pas que Zverev allait jouer en demi-finale à un tel niveau face au Majorquin, avant que le russe allemand ne se déchire les ligaments.

Le match d’hier après-midi fut particulièrement nul : deux joueurs complètement cuits, un nombre de fautes directes incalculables et surtout un finaliste incapable de réaliser un revers haut sans faire de faute. Du coup, la tactique de Nadal était simple : obliger le norvégien à tourner son revers pour se dégager ensuite tout le court et faire le point gagnant sans trop se fatiguer. Le score fut sans appel pour l’espagnol : 6-3, 6-3 et un 6-0 pour conclure un match à sens unique.

Cela fait des années que le tennis mondial masculin est dominé par Federer, Nadal et Djokovic et je vous avoue ma très grande lassitude de voir un jeu aussi falot. A 41 ans, Federer annonce son retour en octobre. Le serbe vient de prendre 35 ans. Et Nadal, à 36 ans, risque de mettre fin à sa carrière pour de bon du fait d’une blessure au pied gauche qui le diminue très sérieusement. 112 ans à eux trois !

Avec Medvedev, Tsitsipas, Ruud et Rublev, la relève n’est pas franchement rock’n roll. Gageons que Zverev, Auger-Aliassime, Alcaraz voire Berrettini ou Sinner finissent par imposer un jeu plus offensif à un tennis mondial de plus en plus stéréotypé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.