Un Hydre à 3 têtes

Une Hydre à 3 têtes

Chaque civilisation, chaque temps de civilisation possède son Hydre de Lerne. Et quand vous croyez en avoir fini avec l’une des têtes du monstre, une autre se met aussitôt à repousser.

Hier soir, alors que je zappais nonchalamment devant mon poste de télévision, j’ai cru comprendre que notre monstre du moment avait trois têtes : la dette, la COVID-19 et l’islam politique. Parler d’islamisme, c’est encore faire le distinguo entre de gentils salafistes et de méchants terroristes. Stop, on n’en peut plus !

La dette

Concernant la dette, nous avons peut-être compris, à l’instar des Japonais, des Américains et des Anglais qu’elle provient essentiellement de notre perte de souveraineté monétaire. Et comme tous les pays européens sont désormais dans la mouise du fait de la crise sanitaire, la BCE  a décidé d’ouvrir grands les robinets dans un contexte de pétole déflationniste. Iolaos Dame Christine, suivant en cela l’exemple de son prédécesseur, ne devrait avoir aucun mal à lui brûler la tête à nous soulager du fardeau de cette dette, en la monétisant.

La COVID-19

Pour l’épidémie de COVID-19, il serait peut temps d’écouter notre bon Iolaos docteur Raoult qui, hier, nous a expliqué qu’il n’y avait pas de surmortalité en France à l’occasion de cette crise sanitaire. Le seul problème réside en Ile de France sur la prise en charge du fait de ce refus stupide d’administrer le traitement hydroxychloroquine-azithromycine qui, chiffres à l’appui, réduit le nombre de morts par deux !!! J’espère toute de même que des familles et des médecins vont assigner les ministres de ce gouvernement devant les tribunaux pour non-assistance à personnes à danger, empêchement à agir, refus de donner les moyens à combattre un sinistre par exemple.

L’Islam politique

A l’occasion de l’assassinat de Samuel Paty, ce professeur d’histoire-géographie, nous avons appris deux choses. La 1ère – qui reste à vérifier – est que cet enseignant aurait subi d’aimables pressions de la part de sa hiérarchie pour qu’il évite de parler des caricatures. Cela en dit long sur l’état de déliquescence cérébrale des cadres de notre administration. Certains parlent d’État profond. La 2e, c’est notre goût si singulier à nous gargariser de mots face à ces militants de l’islam politique qui ont pignon sur rue, là où nous devrions les mettre au fer ou les renvoyer à Pétaouchnok, pour qu’ils y pourrissent tout doucement, mais sûrement. Parlons très clairement d’Idriss Sihamedi – Driss Yemou… pas du tout – ou encore d’Abdelhakim Sefrioui, un militant salafiste qui officie sur le sol français depuis au moins 20 ans. Il suffit pour ce gugusse, comme la loi le prévoit déjà, de le déchoir de sa nationalité afin qu’il retourne au Maroc pour y cultiver du cannabis. Qui, en France, sera notre Iolaos face à l’islam politique ?

NB A lire sur le sujet, chez Nicolas

2 replies on “ Une Hydre à 3 têtes ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *