Une promesse

Une promesse

J’ai une profonde détestation pour les séries en général. Trop longues, bourrées de séquences inutiles à la compréhension de l’histoire. Le choix de la production est avant tout de faire languir le spectateur et le rendre accroc, pour mieux lui faire consommer les publicités sur son temps de cerveau disponible.

Je viens, ce matin, d’achever le visionnage de La Promesse, réalisée par Laure de Butler. Cette série raconte deux enlèvements de petites filles. Le 1er a eu lieu lors de la tempête de Noël 1999, dans les Landes. L’enquête était menée par Pierre Castaing, un inspecteur de police incarné par Olivier Marchal. Le 2e se produit en 2019 et c’est sa fille Sarah Castaing, alias Sofia Essaïdi, qui mène l’enquête. La réalisatrice a fait le choix de filmer les deux époques, en imbriquant l’enquête d’hier à celle d’aujourd’hui, parce qu’il y a un lien évident entre les deux enlèvements.Le scénario en est, de ce fait, extrêmement original. Et il contribue à l’intérêt de la série. Je vais m’arrêter là pour le pitch, en vous conviant à regarder l’intégralité de la série, afin de ne pas tout divulgâcher. La série comprend 6 épisodes et elle est diffusée le jeudi soir sur TF1.

Je voulais, en fait, saluer la performance extraordinaire des acteurs dans cette série et, en tout 1er lieu, celle de Sofia Essaïdi. Je ne comprends pas qu’une actrice de cette qualité ne soit pas davantage sollicitée au cinéma, où elle est hélas cantonnée à des rôles de second plan. Je pense très sincèrement que cette femme est capable de tout jouer. Elle a de surcroît un charme fou, ce qui n’enlève rien à son talent d’actrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *