Wikipédia au cœur de la guerre de l'information

Wikipédia au cœur de la guerre de l’information

Comment est-il possible qu’un ancien militaire, sans compétence particulière en matière de journalisme, puisse se retrouver dans une alliance contre la désinformation aux côtés de  l’AFP ? Comment son officine de fact-checking, Fact and Furious qu’il vient d’auto-dissoudre, se retrouve en référence dans Wikipédia à la lueur des révélations de sa femme sur les liens qu’il entretenait avec Conspiracy Watch animé par un certain Rudy Reichstatd ? Ce fameux Rudy est par ailleurs chroniqueur dans la revue Franc-Tireur, avec, à ces côtés, Christophe Barbier, Caroline Fourest, Raphaël Enthoven et Jean-Claude Mailly. Leur objectif : la lutte contre l’extrémisme de gauche et de droite, l’obscurantisme, le wokisme, les antivax, la cancel culture, les complotistes, les islamistes, les racistes et homophobes, sans que nous sachions précisément ce que recouvrent certains de ces mots très précisément dans leur tête. Que peuvent avoir en commun un raciste et un antivax ? Qui n’est pas pour une injection expérimentale serait antivax et antisémite ? Qui pense sur cette campagne de vaccination à une vaste opération d’intelligence économique parfaitement légitime serait complotiste et homophobe ? Pour qui roulent ces gens ? Pour eux-mêmes ?

Wikipédia est aujourd’hui l’objet d’une guerre souterraine. Prenons la fiche Wikipédia d’André Bercoff. Vous pourrez y lire, je cite : « Il s’inscrit depuis les années 2010 dans la mouvance complotiste et identitaire, après avoir longtemps été proche de la gauche. » Le journaliste a par ailleurs contesté formellement cette assertion à l’antenne de Sud Radio le 28 novembre face à Thomas Durand. Pour ma part, à tort ou à raison, je le vois comme un anar de droite. Ma sensation est de voir s’affronter deux camps. D’un côté, le bien incarné par l’extrême-centre politique qui va des LR au PCF dont les représentants ont leurs ronds de serviette sur les radios et les télévisions du service public, BFM, TF1 et LCI. De l’autre, le mal absolu représenté par CNews, Sud Radio et Radio Courtoisie par exemple.

J’ai découvert un moyen de connaître l’influence d’une source d’informations dans Wikipédia, sur la page de recherche de liens externes. En y associant la date de création du média, vous verrez que les contributeurs Wikipédia semblent avoir choisi leur camp. Comment est-il possible qu’une officine du fact-checking telle que Conspiracy Watch née en 2007 puisse avoir plus de poids dans Wikipédia qu’un média à très forte audience telle que Sud Radio née en 1958 ?

Je vous incite vivement à aller voir la page de discussion Wikipédia consacrée à l’observatoire des sources.

8 replies on “ Wikipédia au cœur de la guerre de l’information ”
  1. Parce que Wikipédia considère les Le Monde, BFMTV et autres France-info comme des sources fiables. Par conséquent, si ces médias considèrent que Sud Radio c’est pas bon, alors, par effet domino, Wikipédia fera de même.

    J’ai toujours déploré cette façon de faire tant elle met à mal la neutralité de point de vue, une notion pourtant importante lorsqu’on contribue à Wikipédia : il se dit probablement autant de conneries sur Sud Radio que sur RFI ou France 24 (que Macron voudrait ouvertement utiliser comme outils d’influence de la France à l’étranger).

  2. J’ai un vrai problème avec le mot « information » qui ne veut plus dire grand chose…

    C’est devenu quelque chose, comme un instrument maqué, qui permet de donner des nouvelles d’un train qui est parti en retard en Mongolie extérieure, au moment où il part en retard, sans que jamais personne ne puisse vérifier l’heure effective du départ ..
    De l’instantané, sans queue, ni tête

    Maintenant on est passé de l’information imagée ci dessus, à la consigne, au tuto pour expliquer comment il faut pisser convenablement selon les critères de moralistes qui n’en n’ont pas une once sur eux..

    wikimachin je le lis quand j’ai besoin d’un aperçu vite fait sur quelque chose ou qqun de manière non conséquente.
    Dans une guerre, telle que je me la suis fait racontée par ceux qui en ont vécu une, tu comptes sur l’union avec tes voisins de tranchée ou d’action, et tu ignores tout de ce qui se passe au kilomètre plus loin.
    En bref tu protèges ta vie, et ton voisin protège la sienne, tout en sachant que si tu prends une balle, c’est la fin de la guerre pour toi.. Point barre.

    Tous les mercenaires et les abrutis qui écrivent des trucs dans les officines pour 100 balles au service de leurs maitres dégénérés, ignorent probablement que les systèmes de ponérologie politique finissent toujours par les griller aussi, comme des vulgaires « résistants » devenus des « terroristes »..

    Bref quoi, on ne va pas refaire l’humanité ..

      1. C’est un livre écrit par un Polonais Andrew M. Lobaczewski
        un peu raide à lire mais intéressant.
        J’ai découvert ça avec le cocovide fin 2020, quand j’ai senti qu’on partait tout droit vers une forme hybride de stalino-nazisme et inversement, car il y a des deux formes présentes
        hors technologie internet

        Quand on étudie comme moi le fondement de la méthodologie des tours de passe passe du cocovide pour foutre la trouille à la population et la sidérer, on se tourne vers les vieilles techniques des effets des épidémies de totalitarisme .

          1. Il y a une belle discussion à avoir là dessus.. mais bon c’est un vaste sujet
            Moi ce qui m’a sauvé dès le départ, c’est le croque mort à la télé qui annonçait le nombre des morts.

            Tu vas trouver ça con, mais si c’était « la guerre » comme a dit le loufiat escroc, j’ai toujours eu le souvenir que les morts sont au contraire planqués pendant les guerres, même récentes ou actuelles. Ils ont même inventé les « frappes chirurgicales » on en déduit qu’un missile soigne l’ennemi, mais on ne sait jamais combien, ni l’âge, ni le statut civil ou militaire de ceux qui sont incisés en dessous.

            Alors du coup, je me suis dit, de suite « c’est bizarre » et j’ai cherché à mettre en proportion les chiffres donnés avec les historiques d’hospitalisation, le nombre de lits de réas etc… des années précédentes

            J’ai relevé chaque jour, et j’ai observé en fin avril une baisse sur tous les paramètres..

            Depuis j’ai une étude complète qui démontre clairement qu’il ne s’est rien passé sur les maladies respiratoires en 2020. En revanche, il y a les dégâts des déprogrammations massives entre mars et mai 2020, Il y a des rapports discrets là dessus

            Aucun scientifique, ni médecin qui ont écouté ma démonstration qui dure 1H30 n’a pu me la démonter. D’autant moins d’ailleurs que le 1er qui me traite de complotiste, insulte les services officiels sanitaires et médicaux d’état. Tout est en ligne, et les rapports n’ont rien à voir avec les affirmations des prostitués des plateaux télés.

            C’est très vicieux…et on est mal barrés il y a des gens complètement désactivés du ciboulot, je n’en reviens pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *